AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 Flashback 1 /solo/ - terminé


Points : 42
avatar
Ganner Savage
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 28 Avr - 23:32
Punishment
with Ganner (solo)

Il te fut murmuré à l'oreille, un jour, que ta sœur devait être ton trésor. As tu déjà refusé d'écouter ? As tu déjà accepté que le mal l'atteigne ? De son vivant jamais. Et pourtant la voila. Jamais son corps ne te fut rendu, jamais son âme ne te fut rendue. Elle resta loin de toi, en ce jour où tu l'abandonnas, et, de chagrin, de tristesse, tu pleuras longuement. Et alors, traînant ton petit corps de l'époque, avant de devenir un jeune lion, tu commenças à creuser. Creuser, pour ensuite pouvoir mettre des pierres dedans. Et dresser une croix, à son honneur.

Alors, durant des jours, durant des mois, tu restas près d'elle, comme si tu pouvais rapprocher ton âme de la sienne malgré ce que tu avais fait. Parce que la terre ne t'avais pas engloutie, toi. La mort ne T' avait pas pris... Ou alors, elle t'avait recrachée. Après tout, tu n'étais pas bon. Tu étais même abominable. Qui pourrait te sentir, après ce que tu avais fait à ta famille ? Qui pourrait, qui accepterait, de te regarder, de t'accueillir chez eux ? Non... Tu n'avais plus le droit à une famille, tu n'avais plus le droit à l'humanité... Un foyer était un cadeau si grand pour toi, que tu ne pouvais même pas y songer...

Si la mort ne voulait pas de toi, alors la vie non plus ne t'aurait pas.
Parce que la vie te voulait au moins tout autant que la mort. Parce que la vie t'implorait de revenir, et que tu sentais son appel.
Mais tu ne la voulais plus. Sa ta sœur, il était hors de question de vivre. Sans ta sœur, il était hors de question de faire un pas dehors. Sans ta sœur, tu étais seul, et tout seul, tu ne pourrais pas survivre...

Et tu repensais à toutes ces années. Tu te voyais, en train de courir, dans l'appartement, avec un pistolet à eau. Tu courais et tu poursuivais Eléonore, qui riait. Tu arrosais au passage ton père, qui hésitait entre râler et rire. Tu sautais ensuite sur le canapé, et ta sœur te canardait d'eau. Et ton père tentât de l'en empêcher... Parce que vous deux, adorables petits monstres, adorables petits Frey, vous vous amusiez avec de l'eau dans un appartement. Le canapé avait été foutu, et en y repensant tu souris. Comme quoi, même de l'autre côté, elle parvenait toujours à te faire sourire...

Et ce, depuis le premier jour...

Tu te souvenais de ce jour, lorsque ton père la ramenas de l'orphelinat. Tu te souvins l'avoir prise et délicatement posée sur tes genoux. À ce moment là, tu en voulais à « Papa », parce que tu n'étais plus le seul, à présent. Il y avait en effet une petite merveille qui allait te voler la vedette, et tu ne le supportais pas, jaloux. Alors tu avais attrapé une tétine, et tu avait voulu l'empêcher de parler, de crier. Parce que tu n'en voulais pas de cette sœur... Et pourtant... Alors que tu allais chercher l'objet, elle te fit son plus grand sourire. Alors que tu tenais la tétine, elle éclata de rire. Et sa main se referma  sur ton doigt. Et alors tu plongeas tes yeux de sang dans les siens et tu finis par sourire. Par l'aimer...

C'était comme si elle t'avait choisie. C'était comme si elle t'avait murmuré à l'oreille « tu es mon frère ».
Depuis qu'elle était toute petite, Eléonore veillait sur toi, et tu veillais sur elle.
Alors comment ?
Pourquoi ?
Pourquoi la mort l'avait elle prise et non pas toi ?
Pourquoi la vie te voulait elle toi et non pas elle.
Pour cela, tu détestais la mort. Pour cela, tu détestais la vie. Pour cela, tu te haïssais...

Ganner... Tu étais un monstre. Un foutu, un putain, un salopard de monstre. C'était peut être considéré comme un accident, mais les faits étaient là : tu avais tué ta sœur... TU. AVAIS. TUÉ. TA. SŒUR.
Comment vivre à présent ?
Comment allais tu vivre ?
La réponse était simple...
Tu n'allais pas vivre...
Tu n'allais plus vivre.
Et tu allais prendre soin de sa tombe, de ce lieu où elle pouvait reposer en paix... et ce jusqu'à la fin... Tu serais le gardien de son tombeau.

Tu l'aimais tellement.
electric bird.



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: