AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
anipassion.com

 Let me tell u a story about my ass ▲ ft. Bart and Baby


Points : 90
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Mai - 2:35





Let me tell u a story about my ass



Des hurlements ressonnaient dans toute la base Zélos, fin d'après-midi, la moitié des effectifs n'était pas là, et l'autre devait supporter tes hurlements. Putain mec détends toi, t'as tes règles ou quoi?! Dans ton bureau, tu faisais face à deux misérables cons et une pouffiasse, les trois revenant bredouille d'une simple mission d'éclaireur. Comment avaient t-ils pu rater une simple mission de repérage, c'était assez simple, les trois ahuris avaient décidés de s'envoyer en l'air non loin de votre QG, les cons avaient décidés d'un plan à trois comme ça, ces immondes engeances du diable lui-même ne pensaient qu'à ça?! Et en plus on les nourris et on les loge? Mais quel genre de déchets humains abandonneraient leur mission pour aller forniquer? Tu avais envie de leur arracher les entrailles, des les brûler, mais derrière toute ta colère tu te rappelais de Pearl, le même scénario risquerait de se reproduire pour toi si tu les massacre Erwin fait gaffe...

A quoi bon les sermonner, ils recommenceront sans doute encore, dorénavant tu vas les envoyer éplucher les patates, et plus jamais en mission sérieuse.

- Et maintenant DEHORS, HORS DE MON BUREAU TAS DE MERDES SI JE VOUS RECROISE JE VOUS ARRACHE LES PARTIES GÉNITALES.

Les trois énergumènes repartaient bien vite encore sous le choc de tes propos, sans doute que quasiment tout le monde t'avais entendus. Une fois que la porte se referma tu pris un vieux morceau de taule se trouvant par terre, qui traversa ta porte bien vite, voilà qui fera de l'aération maintenant. Ton bureau était devenue aussi désert que le no man's land, toutes tes affaires se retrouvaient par terre de part et d'autre du meuble. Ta haine n'avait d'égale que ta rage. Va falloir se calmer Erwin va falloir se calmer, tu bouillonnais. Bon ce n'est pas en restant ici que t'allais pouvoir te changer les idées. Soufflant un grand coup tu sortais de ton bureau par ce qui restait de ta porte ? Avant de te diriger vers l'escalier menant à l'étage supérieur. Ton regard croisa quelques membres qui n'osaient pas te regarder, mais tu ne les emmerdais pas. Tu suivais ton chemin en décidant de te rendre sur le toi qui était accessible mais très peu utilisé, il servait un peu à la retraite de qui voulais se changer les idées sans croiser d'autres personnes. Tu le chemin bien entendus tu vis traîner des affaires encore en plein milieu de la cage d'escalier, ce qui avait pour don de t'énerver encore plus, personne ne rangeais son bordel, mais au moins une bouteille a peine ouverte se trouvait là devant toi dans ce bordel. Tu t’arrêtas. La rouvrant pour la sentir. L'odeur était pas fameuse et tout l'alcool qu'il y avait dedans aurait pu servir à nettoyer des chiottes bouchés par deux mois de merde Zélos, mais bon tu t'en battais les noisettes, ça suffira pour se changer l'état d'esprit. Arrivant sur le toit, tout semblait désert. Pas un chat, ou plutôt pas un Zélos, putain cette comparaison puait autant la merde que le contenue de la bouteille. Mais t'en avais marre t'en pouvais plus. Tu t'asseyais au bord du toit, avec une limite de sécurité tout de même. Ton regard lointain scruta l'horizon et puis tu t’allongeais sur le béton qui composait le bâtiment la bouteille à côté de toi. Te demandant ce que t'avais fais pour mériter des incapables pareils. Tu ne voulais maintenant qu'une seule chose, c'est de phaser complètement et oublier tout tes soucis.





(c) MEI pour APPLE SPRING





DÉFI A FAIRE:
 
Points : 107
avatar
Bartolomeo Kalf
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Mai - 18:24



FT ERWIN BITCH & BABYGIRL

Canal-beauf bonjour, il est 17h26 et en exclusivité aujourd'hui, un palpitant reportage sur comment draguer de façon lourde et peu distinguée...

Il l'avait vu marcher d'assez loin, avec ses couettes rose et bleue. Elle et ses jolies formes. Et même si à plusieurs reprises, les beuglements à la limite de l'égorgement de cochon d'Erwin l'avait fait sursauté, Bart n'avait pas lâché une seule seconde le doux roulement de fessiers. Il faut dire qu'avec un short aussi bien coupé, et ce parfait balancement, la tentation était bien trop grande. Pervers ? Boarf, il ne devait pas être le seul à avoir les yeux scotchés sur les jolies fesses de Babylone. Donc ça l'excusait, un tout petit peu. Quoiqu'il se torchait avec ce semblant d'excuse. Lui n'avait pas de bonne ou de mauvaise conscience, ce qui en soit, était relativement pratique. Ainsi, pendant deux bonnes minutes, il n'avait que très peu cligné des yeux, bien trop absorbé par cette merveilleuse vision. Le seul inconvénient qu'il avait d'ailleurs trouvé, c'était cette présence d'obstacles devenus invisibles et donc particulièrement dangereux pour un grand abruti dans le genre de Bart.

Au final, il se reconcentrait sur ce qu'il faisait initialement, c'est à dire marcher, ou plutôt rattraper Babylone, parce qu'il avait des choses à lui dire. Sauf qu'il savait à peu près comment tournait une conversation avec Babylone. Soit elle allait tout d'abord l'ignorer quand il allait la rattraper, ce qui le couvrirait de ridicule au sein du groupe. Il n'avait pas très envie d'aller s'isoler dans une grotte jusqu'à la fin de ses jours du coup. Donc il allait la jouer pas fine. Enfin, pour lui, ce qu'il avait imaginé était assez fin, mais d'un point de vue tout à fait extérieur, c'était mauvais. Lourdingue. S'il ne mourrait pas pendant qu'il exécutait son plan, c'était un miracle.
Il esquissait son petit sourire narquois, de gamin idiot sur le point de faire une connerie. Fear the connerie. Il rattrapait en quelques enjambées les jolies fesses de Babylone, posait ses mains sur ses épaules et soufflait ''Salut toi !'' ; avant de littéralement l'attraper par la taille et la hisser sur son épaule à lui. Comme un sac à patate. Et aussi rapidement qu'il était arrivé, il s'éloignait en direction des escaliers menant au toit. Il était déjà plus aisé de circuler dans les couloirs en évitant les obstacles, puisque le fessier merveilleux était appuyé contre sa joue gauche, ne parasitant pas -dans le bon sens du terme hein- son champ de vision. Il était donc rapidement arrivé, les bras solidement serrés autour de Babylone parce qu'elle ne s'était certainement pas laissée faire.

Sans prêter attention à ce qui l'entourait une fois arrivé tout en haut, il posait avec toute la délicatesse dont on l'avait pourvu -approchant le 0- la jolie dingue.

Je crois qu'il fallait qu'on se dise deux ou trois trucs toi et moi. Ne m'assassine pas s'teup.



 

dawa:
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: