AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 Don't fuck with me ▲ ft. Eléonore


Messages : 54
Points : 90
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Mai - 2:00





Don't fuck with me



Mardi soir, aux alentours de 22h. Vu l'endroit, et les circonstances personne n'aurais dis que tu étais en mission, cependant t'avais des choses à faire, ici même ou les fêtes battent de leur pleins, ou l'alcool coule et ou les soucis n'ont pas lieu d'être. Mais toi ta conscience était bien trop obsédée par la réussite d'une tâche que t'avais confié à un Zélos plutôt que toute idée de faire la fête. Tu marchais, dans une rue parallèle à l'un des plus grands bars de la ville. L'endroit était sombre, emplis de carcasse de bouteilles vides qui attendaient le recyclage, personne à l'horizon. Tes pas silencieux n'allaient pas te trahir, de plus ils étaient couverts par une forte musique venant de l'établissement en question. Dix mètres, puis vingt, et enfin tu arrivais au bout d'une impasse donnant sur une porte de service de ce bâtiment. Tu te posais contre un mur, éclairé par une lumière miteuse d'une vielle lampe de service, vestige d'un passé oublié. T'étais équipé pour le combat mais également pour les premiers soins, tu ne sais clairement pas à quoi t'attendre, si ton contact venait à échouer il va falloir assurer, et cette idée ne te plaisait pas beaucoup car tu risquais fort d'attirer l'attention ici.

Pour le moment ton principal ennemi était l'ennui, les minutes passaient au rythme d'une année, sans doute fruit du stress qui t'avais envahis. Tes yeux scrutaient l'endroit à la recherche du moindre échappatoire, mais rien, l'impasse fermée ne débouchait que du côté d'ou tu étais venu et d'une autre rue que tu ne connaissais pas se trouvant dans un angle qui t'avais échappé.
Tu devais te reprendre, inutile d'imaginer le pire ce n'était pas encore le cas, peut-être que tout se passera bien pour une fois ! Non, tu avais pris l'habitude qu'importe les préparatifs, il y avait toujours un élément imprévisible qui pouvait tout remettre en cause. Mais très vite une mauvaise impression venait de t'envahir, tu ne savais pas si c'était ton instinct, mais tu te faufilais dans l'ombre de l'impasse en sortant un vieux couteau de combat que tu transportait toujours sur ton dos. Ça sentait pas bon, et ce que tu allais voir allait clairement te le confirmer. La porte de service que tu avais tant observé venait de s'ouvrir. Un premier mec louche en sortit, puis un second. Avec un peu de chance ils n'allaient pas venir dans ta direction et allaient simplement fumer un coup en te laissant tranquille. Mais cela risquait tout de même de faire basculer la mission. Mais hélas il était déjà trop tard. Tu vis ton contact sortir avec deux autres types. Le nez ensanglanté, et la face écrasée. Super il venait de se faire passer à tabac, merde, va falloir l'aider, ou l'éliminer afin qu'il ne vende pas les infos relatifs aux Zélos. Mais contre toute attente, deux mecs se tournaient vers la pénombre vers ta position, et celui que tu croyais être ton subordonné cria.

- Ouai, il est quelque part, par ici, je vous le jure, ne me frappez pas pas plus, pitié...

Traître, il mériterait de mourir en premier, il venait de te vendre ce salopard. Plus le choix, tu t’élançais tant que t'avais encore l'avantage, plantant ton couteau dans la jambe gauche d'un des deux gorilles se trouvant devant toi, et passant au travers des deux autres. Prenant le chemin de la seconde ruelle que tu ne connaissais pas t'entendis un hurlement, suivi d'un ordre poursuite lancé à ton égard. Putain la situation avait dégénéré bien plus que ce que tu aurais pu imaginer, t'entendais des pas derrière toi, minimum deux personnes, tu pourrais prendre le contrôle des deux, les torturer et les entre tuer, mais ce n'était pas le moment, leurs renforts risquaient d'arriver à tout moment, et le combat alarmerait bien d'autres personnes. Tu ne pouvais pas te permettre ce caprice, tant pis il va falloir continuer à courir tout en évitant l'artère principale, étant habillé à moitié comme un soldat, ce n'était clairement pas le meilleur choix. Tu n'avais plus qu'une seule chose à faire, c'était prier ta bonne étoile.

- Allez, toi qui est là-haut aide moi juste ce soir, juste ce soir et pendant l'année qui vient je deviendrai croyant putin.

Ton sort allait peut-être être joué ce soir qui sait, en tout cas tu espérais clairement le contraire...





(c) MEI pour APPLE SPRING





DÉFI A FAIRE:
 
Messages : 26
Points : 37
Date d'inscription : 22/04/2016
avatar
Eléonore Frey
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Mai - 15:02
Eléonore Frey & ERWIN SØRENSEN
"Notre étoile est en nous, et, de nous, il dépend qu’elle soit bonne ou mauvaise.”
Don't fuck with me

   

   La deuxième ... Non peut-être était-ce déjà la cinquième depuis la début de la semaine ? Je ne savais plus vraiment. J'avais déjà arrêté de compter. Je regardais l'intérieur de mon coude, là où la seringue avait percée ma peau quelques minutes plus tôt, y laissant un trace rougeâtre, tirant vers le pourpre sur ma peau habituellement si pâle.  Un sentiment de quiétude, de sérénité voir même d'apaisement m'avaient totalement envahi, faisant fuir le manque que je ressentais de plus en plus fréquemment.  

Mes jambes nues se balançaient dans le vide, tandis que sous mes pieds s'étendait une ruelle délabrée.  Cet endroit, je l'affectionnais particulièrement.  Premièrement, car légèrement isolé, il me permettait d'être tranquille, sans personne pour me déranger. Deuxièmement, j'avais une vue parfaite sur une grande partie de la ville,  me permettant d'observer, d'analyser et récolter des informations au cas où "Il" se montrait.

Ma douce tranquillité chérie fut perturbée par des cris. J'haussais un sourcil. Qui osait troubler mon repos ?! Il n'était que 22 heures et en plus, nous étions en plein milieu de semaine ... Généralement, il n'y avait pas un chat dans ces rues, ponctuées de bars et boites plus ou moins louches,  fréquentés par des gens peu recommandable.  J'émis un grognement sourd tandis que mes yeux ambrés se posaient sur un type qui courrait comme un demeuré a travers plusieurs ruelles.  Je plissais les yeux et observait plusieurs gars qui semblaient le poursuivre.  Sur le bord de mon toit, je me redressais et observait cette cavale depuis mon perchoir.


Le pauvre petit fuyard semblait dans un pétrin sans nom. Je lâchais un soupire. En temps normal, j'aurai laissé cet inconnu se débrouiller tout seul comme un grand, mais ses poursuivants m'avaient dérangés. Ils méritaient donc un blâme. Oh non, je n'étais pas du genre à me battre, je n'étais pas d'ailleurs très douée au combat, en dehors des mondes virtuels, mais leur faire perdre leur proie serait une satisfaction suffisante pour l'outrage causé.

Je glissais donc sur les escaliers de fers situés à l'extérieur du bâtiment, les mêmes qui me permis, quelques heures plutôt d'accéder au toit de ce vieil immeuble. Je descendais les marches quatre à quatre, tandis que j'entendais le gibier approcher. Je n'avais pas le temps de descendre le dernier étage,  j'enjambais la balustrade et atterrit devant le fuyard, accroupie. Je me relevais avec une certaine grâce et plissait les yeux en regardant par dessus l'épaule du garçon. Déjà, les ombres désignaient qu'ils approchaient.  Pas le temps pour l'étiquette, ni les convenances...

- Viens !

Je lui attrapais le poignet et l'attirais vers une des nombreuses portes disponible, ne lui laissant pas d'autre choix que de me suivre.  L'angle de la rue menant dans un cul-de-sac, s'il voulait s'échapper, j'étais probablement sa seule solution.  
Nous nous retrouvions dans une vaste pièce, faiblement éclairée et semblant totalement abandonnée. Quelques vestiges laissaient croire à une ancienne boite de nuit qui avait dû prendre feu quelques  mois auparavant. L'odeur de brûler régnait toujours en ces lieux qui malgré tout offrait encore un abri et les permettait d'être hors de vue des quelques imbéciles à l'extérieur.

- Où est ce qu'il est passé ?!
-J'en sais rien,  il a du réussir à nous semer.

Je regardais plus en détail le gars que je venais d'attirer ici. Des cheveux immaculés, des habits plutôt étranges, il semblait avoir plus ou moins le même âge que moi, si pas plus jeune... Je posais mon index sur mes lèvres, en signe de silence, tandis que la voix des gorilles retentissait encore derrière la porte, pour finalement s'éloigner. Jurons et autres noms d'oiseaux se faisaient entendre de plus en plus faiblement, tandis qu'ils rebroussaient chemins.  Je poussais un soupire de soulagement, tandis que je posais mon regard interrogateur sur l'inconnu. Evidemment, je restais sur mes gardes. J'étais bien placée pour savoir que cette ville grouillait de gens plus ou moins fous. Je laissais le silence perdurer, pour le laisser prendre parole en premier.  Je supposais déjà que sa première question serait " Pourquoi?". Il allait probablement être déçu, car mise à part " J'avais envie de faire chier tes poursuivants", il n'allait pas avoir d'autre explications ...  


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dis moi ... Que deviens la neige une fois fondue ? Moi je pense qu'elle devient le printemps.

Spoiler:
 
Messages : 54
Points : 90
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Mai - 4:04





Don't fuck with me



Ta prière silencieuse ne s'était pas perdue au milieu des ténèbres de la nuit. Elle allait donc être entendue, mais tu l'ignorais encore. Tes résonnaient sur le béton mal éclairé des ruelles de cette zone. Tu n'avais que peu d'avance sur tes poursuivants, et t'avais énormément de mal à te concentrer pour trouver une solution, pas de violence, pas de diplomatie, alors quoi? La fuite? Tu ne voyais aucun autre moyen de t'en sortir pour le moment. Tu continuais à courir en essayent de garder ton calme, tant bien que mal. Et puis soudain, une silhouette apparut devant toi. Celle d'une jeune femme qui venait de te stopper dans ta course, elle t'attrapas le bras et te força à la suivre, si tu étais dans un état normal tu ne l'aurais jamais fais, et pourtant malgré toute ta méfiance, tu n'avais d'autre choix que de l'écouter, allait t-elle t'aider, ou bien était t-elle avec les ennemis? Bonne question...
Très vite votre petite escapade déboucha sur une pièce bien triste. Peu d'éclairage, endroit totalement dévasté, ayant sans doute perdue son histoire depuis. Ce n'était pas le moment de penser, mais bien de se cacher donc. Tu essayais d'être le plus silencieux possible, tu entendais la voix des gorilles résonner dehors. C'était le moment de vérité, la jeune femme allait t-elle te trahir ou non? Et contre toute attente elle ne fit rien, hormis peut-être poser son index sur ses lèvres en signe de silence. Alors comme ça elle était de mon côté? Étrange. Les bruits semblaient s'éloigner, mais tu ne voulais pas gâcher la cachette. Tu avais attendus un bon moment avant de revenir à un état plus normal, enfin aussi normal que l'on puisse l’appeler chez toi.  
Tes yeux se posaient sur la jeune femme, étrange tenue qu'elle porte, une chose était sûre, c'est que ce n'était pas une Zélos, tu connaissais les tiens, et elle son visage t'étais inconnue. Que pouvais t-elle faire dans un endroit comme celui-ci en plein milieu de la nuit? Dans tout les cas le destin te souriais, pour toi ce soir c'était un ange, qu'importe son histoire, ou ses motivations. Tu restais tout de même bien méfiant, c'était dans ta nature. Tu ne serais sans doute pas ici, ou pas même vivant si tu n'avais pas appris à te méfier de ton environnement et de tes rencontres.
Gardant une certaine distance de sécurité d'elle, tu t'assurais de ne jamais te retrouver dos au mur, après tout si elle venait à t'attaquer, nul besoin de te désavantager plus. Et puis tu décidais de jouer franc jeu avec elle, tu n'avais pas de temps à perdre pour les distractions inutiles.

- Tu veux quoi en échange? Tu ne m'aurais pas aidé gratos, personne ne l'aurait fait. Alors vas-y accouche maintenant.

Tu t'attendais un peu à tout, qui sait ce qu'elle pourrait te demander? De la drogue? Des armes? De l'argent? Elle avait sans doute quelque chose derrière la tête. Chacun se débrouille comme il peut pour avancer, elle avait se chance ici et maintenant, elle pourrait en profiter, du moins tant qu'elle ne te vende pas aux autorités...





(c) MEI pour APPLE SPRING





DÉFI A FAIRE:
 
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: