AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 Ceci est un titre - Erwin


Messages : 16
Points : 28
Date d'inscription : 05/05/2016
avatar
Ally Jenner
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 12 Mai - 15:55
Vous savez ce que j'aime dans mon métier et surtout dans gardes à l'hôpital ? La joie de parents après un accouchement, les premiers pas d'un ancien tétraplégique, le sourire d'un enfant qui a vaincu sa leucémie, ou juste le plaisir de soigner quelqu'un. Mais plus intéressant encore, savez-vous à quel point il est dur de survire une journée aux urgences sans avoir envie de baffer un idiot? On dit que le monde ne tourne pas rond, venez donc faire une garde aux urgences et appréciez la débilité humaine.

Ce service là-bas fut interminable, non pas parce que j'allais faire une journée de douze heures, oh non, parce qu'elle a commencé avec ce que j'aime le plus, le service gynécologique. Dernière arrivée, dernière servie et personne ne veut de la gynéco'. Je ne comprends pas comment on peut aimer ça, soigner des mycoses toute la journée. En plus, ce n'est pas comme 'il y avait de l'action comme en cardiologie ou la pédiatrie, le risque de perdre le patient, non, là c'est toujours la même chose, inspection, une crème, on se revoit dans 3 jours. Et c'est à ce moment là, quand tu perds espoir en un service qu'il arrive. Mais qui ? Ce patient que toi médecin désespéré tu reconnais. Il est un peu gêné, le regard honteux, il n'ose pas vraiment décrire son problème, mais pas comme une simple personne qui a la diarrhée, non tu sais qu'il a un truc qui sort de la norme. Quelque chose de vraiment étrange, c'est en quelque sorte un spécimen et généralement, y a une histoire très drôle qui va avec. Il vient, illuminant ta garde, donc tu ne cherches pas à comprendre, surtout en gynécologie, tu fonces et le prend, il est à toi, tu l'as mérité, tu ne peux pas laisser passer quelque chose comme ça !

Aujourd'hui ce fut un couple, donc dans ta tête tu t'attends à tout, percing resté accroché, ébats trop passionné, morsures mal placé… Mais non, parce que tu te rappelles que c'est eux les élus, les envoyés pour te sauver de ta dépression parmi ses hommes qui se sont trop masturber et ces prostitués aux vagins qui sont remplis champignons. Et c'est qu'arrive la deuxième partie la plus difficile de notre travail, aucun rire ne doit sortir de notre bouche, c'est parfois là le plus compliqué. Toujours rester ultra professionnel, que la personne devant vous ai un concombre dans le derrière, ou qu'il est glissé en faisant un strip-tease à sa femme… Jamais. Je vous avoue que là, le rapport à faire à mes internes fut un des plus drôles.

« C'est un jeune couple d'environ une quinzaine d'année, ensemble depuis six mois. Ils se sont présentés aux urgences à douze heures, pour brûlure au deuxième degré sur les parties génitales de monsieur. Sur la totalité. Comment cela avait-il pu arriver ? Madame, très jalouse, suite à des photos sur internet, avait cru que son cher et tendre la trompait. Elle a donc brûlé le sexe de son amour à la méthode collégien, déodorant et briquet. »

Inutile de vous dire que la fille est maintenant au service psychiatrique pour "contrôle de pulsion" et lui, et bien, il a enchaîné les chirurgies, greffe de peau, suture, et je vous passe les détails. En tout cas, j'avais passé toute mon après midi à m'occuper de ce charmant brûlé, qui m'a fois maintenant, ne verra plus sa copine pareil. Suite à ça je vous avoue que j'ai eu une petite remise en question, sur le cours de l'humanité, le rapport des jeunes avec leur sexualité qui est développée si tôt, l'accès à la violence… Du coup, pour réfléchir, et avoir une soirée beaucoup moins énigmatique, j'étais montée à la maternité, c'est plus calme, plus joyeux, plus doux.

C'est ainsi qu'exténué, je quittai l'hôpital direction le quartier générale pour enchaîner une autre garde. J'avais déjà prévu dans ma voiture un sac avec toutes sortes d'habits, n'ayant  aucune idée de ce qu'on allait faire ce soir. Avec lui je m'attends à tout et n'importe quoi, donc bon, peut importe ce qu'il allait me dire, j'étais prête… Quoi que je ne suis pas sûre d'avoir mon passeport. Là-bas, personne n'étaient encore arrivée, C'était calme, chose rare, remarque ce n'était pas plus mal vu la tête que je devais avoir. Cernes, cheveux en batailles, blouse sale,… J'étais bien loin du fantasme des hommes sur les médecins. Je mangeai un bout et parti sans réellement réfléchir me coucher sur le canapé encore habillée de ma blouse. J'étais tellement fatiguée, qu'une petite sieste s'imposait pour tenir le coup toute la nuit. J'avais quand même pris le soin de laisser un mot à Erwin sur la table.


*Réveille-moi une heure avant de partir et fais du café please.
Ps : je pue un gosse m'a vomi dessus, désolé
A. *
Messages : 54
Points : 90
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Mai - 16:38





Ceci est un titre



Sang, sueur, douleur et blessures. Voilà le quotidien à temps pleins chez Zélos. Nous n'avons ni le temps ni les envies pour certains plaisirs, on se démerde comme on peut, on vit du jour au lendemain, et toi Erwin t'étais un de ces nombreux exemples qui se sacrifient pour la cause au détriment de ta personne. Le nombre de fois que tu rentrais ensanglanté car t'avais cherché la merde trop près et que t'allais encore te faire sermonner. Et bien ce soir c'était l'un de ces fameux soirs ou tu rentrais ainsi. La joue gauche ouverte légérement ensanglantée, des outils de torture sale dans ton dos en disait long sur ta dernière expédition. Tes habits sales et ta face de mort vivant ne donnaient pas une bonne impression, et la fatigue s'était emparé de ton corps. Mais tu n'avais le temps de te reposer, une autre mission que t'avais prévue t'attendais. Et cette fois-ci en binôme avec une nana que tu connaissais pas beaucoup mais assez pour l'assigner à ce genre de choses.
Le retour au QG se fit dans le calme, les ténèbres de la nuit te convenaient, c'était agréable, silencieux et il n'y avait quasiment personne dans les rues.
Il en était de même à la base Zélos, quelques rares âmes erraient dans les différents niveaux du principal bâtiment. Tu passais à côté d'elles en les saluant d'un simple geste de la tête. T'étais épuisé, tu tentais tant bien que mal d'économiser tes dernières ressources pour cette nuit qui allait sans doute s'annoncer bien longue. Tu pénétrais dans la pièce ou tu avais donné rendez-vous silencieusement en ouvrant doucement la porte. Tes pas furtifs ne te trahissaient pas. Une faible lumière éclairait les lieux et tu vis ta partenaire dormir sur un canapé. Dans ton état normal tu te serais énervé, mais tu savais ce que c'était d'avoir une longue journée derrière soi. Posant tes affaires en essayent de pas la réveiller, tu regardais le mot qu'elle t'avais laissé. Relevant un sourcil, la première chose que tu t'étais dis était que hiérarchiquement parlant elle était en dessous de toi, mais surtout qu'elle s'était couchée sur le canapé commun en puant le vomi, bordel elle allait le repayer ce canapé.  

Bon inutile de s'énerver maintenant, tu regardais autour de toi, pas de quoi faire un café, mais vous en trouverez quelque part sur le chemin. Pour le moment tu t'approchais un petit évier qui tenais à peine débout histoire de te rincer le visage et enlever se sang. Va falloir te changer également, mais t'allais le faire après, pour le moment tu regardais ta monstre, vous aviez encore un peu de temps, tu décidais d'aller la réveiller avant toute chose, le repose sera possible qu'une fois mort, pour le moment on pouvait pas se permettre ce luxe. T'approchant d'elle, l'odeur du vomis t’assommais un peu, mais t'avais vu pire après tout. Posant doucement ta main sur elle pour la réveiller, t’essayais quand même de trouver un endroit ou il n'y avait pas de taches, histoire que ta main n'empeste pas la même odeur que sa blouse.

- On se réveille miss, on a encore un peu de temps, mais histoire que tu revienne à toi.

Une fois ceci fait, tu revenais vers la table au centre de la pièce ouvrant ton sac et enlevant tout les outils qui t'avais servis auparavant, les disposant les uns à côté des autres par terre, inutile de salir la table qui n'était pas des plus propres. Ce soir vous alliez prendre du matériel spécifique afin que l'on ne vous détecte pas. Dans un petit sac non loin tu avais déjà disposé les armes qui pourraient vous servir, deux couteaux de combats militaires, avec une lame noire comme la nuit, et mat. Une couleur abyssale qui ne risquait pas de se réfléchir sur quelconque surface, ni la lumière ambiante, ni la lune ne pouvaient révéler cette couleur abyssale imprégnée sur les lames. Légers, pratique et assez grands pour faire beaucoup de mal, c'était parfait. Tu sortais également un sweat à capuche noir, ainsi qu'un pantalon sombre confortable et disposant de beaucoup de poches histoire pouvoir y mettre tout le matos nécessaire. Pour ce qui était des chaussures ce sera des rangers noirs. Bref tout le kit nécessaire pour se fondre dans la nuit.
Tu te changeais rapidos en tournant le dos à la jeune femme, pas besoin de t'exhiber non plus. Et en quelques minutes t'étais prêt. Rangeant les deux armes dans des poches latérales Tu revenais encore une nouvelle fois vers ta partenaire en lui tendant les deux lames.

- Allez, on te trouvera un café en chemin, pour le moment change toi et enfile des vêtements propres, l'odeur du vomis c'est tout sauf discret. On prendre une douche rien que tout les deux en rentrant, pour le moment on décolle des que t'es prête.

Le tout sur un ton sec, presque sarcastique, maintenant il va falloir finir les préparatifs et se concentrer sur cette dernière.





(c) MEI pour APPLE SPRING





DÉFI A FAIRE:
 
Messages : 16
Points : 28
Date d'inscription : 05/05/2016
avatar
Ally Jenner
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Mai - 16:46
Dormir n'est-ce pas une chose merveilleuse ? Que ferait-on si on ne pouvait s'évader quelques heures dans l'imaginaire de ce monde ? Revoir des choses disparues, des êtres chers perdus, de grands moments, et certains sans importance. C'est le seul moment où il n'y a pas vraiment de gentil ni de méchant, de lute incessante cronos - zélos, de morts, … Il y a juste, toi,  ton âme, et une histoire qui t'importe haut, jusqu'au nuage. Tout est tellement mieux quand tu dors, je me demande d'ailleurs pourquoi on se réveille certains jours. Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin, ma fois ? Et si je ne me levais pas, et c'est mon derrière qui allait se prendre un bon coup.

Cela devait faire une petite heure que je dormais quand j'entendis la voix d'Erwin me réveiller. Je n'avais pas vraiment le sommeil lourd, mais je dois avouer que j'avais un peu oublié où j'étais et surtout pourquoi il était là. Bon je me doutais bien que j'avais rien fait avec lui, mais j'étais tellement dans la brume que je me posai quand même des questions. Les interrogations furent plutôt brèves quand j'ouvris les yeux et vis qu'on était dans la base. Adieu tous les fantasmes de la femme qui couche avec son supérieur, retour à la réalité dans un bureau en bordel !Je me frottai les yeux comme pour faire partir toute autre envie de dormir et m'étirer un bon coup. Je puai c'était une horreur, pour cause je m'empressai d'enlever ma blouse m'asseyant sur le canapé. Ce qui fut très drôle parce que c'est ses fesses qui étaient en premier dans mon champ de vision. Mon côté immature me fit esquire un sourire, ce n'est pas tous les jours qu'on voit son supérieur en caleçon ! Je dois avouer qu'il n'est pas si mal foutu que ça. En même temps, après les cas que j'avais eu aujourd'hui, tout ce qui avait un pénis non brûlés ni infectieux était bien foutu.

Je fus très vite sorti de ce fou rire intérieur quand il me tendit les deux lames. Il fallait bien qu'on travaille à un moment, mais bon, j'avais aussi tout mon matos dans le sac. Bien évidemment, j'allais prendre le sien, je n'allai pas le fâcher, déjà qu'il ne devait pas être super ravi que je me sois endormie et que j'ai vu ses fesses ! Mais bon je pense que depuis le temps qu'on se change tous dans cette salle sans pression tout le monde avait vu tout le monde plus ou moins vêtu. Puis, je n'étais pas vraiment pudique, donc loin de moi le souci de me mettre en sous-vêtement devant lui. Je mis tout d'abord mon harnais de cheville pour mettre mes petites lames fétiches que j'adore et ensuite celui de hanche pour mettre ses deux couteaux, un de chaque côté. J'enfilai ensuite un chemisier noir un peu ample tombant sur un slim noir, histoire que ce soit plus pratique. Si jamais ça doit partir en combat au corps à corps, valais mieux ne pas être en robe, puis pour cacher la bosse que faisait les lames, ce chemisier était parfait. J'enfilai mes chaussures qui arrivaient pile poil au-dessus de mes lames, m'attachai en vitesse les cheveux et me voilà prête pour ce soir.

Je me posai en face d'Erwin, de l'autre côté de la table, attendant les ordres, prête comme jamais. Loin de moi la fatigue qui m'avait envahi dès mes premiers pas dans cette pièce, celle-ci avait laissé place à l'excitation et l'adrénaline. Puis après la journée de merde que j'avais passé si on pouvait taper du cronos, ce ne serait pas du refus ! Puis je sais pas vraiment pourquoi je repensais à cette phrase qu'il m'avait dit juste avant. C'est quoi cette histoire de « douche rien que tous les deux »… Je rêve où il me propose un vieux plan cul sous la douche ? Je levai la tête le regardant avec ambigüité, mais bon valais mieux enlever ça de ma tête pour me concentrer à fond pour ce soir.

« Bon alors, on fait quoi ce soir ? »
Messages : 54
Points : 90
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 13 Juin - 18:28
Suite ici -> LIEN


DÉFI A FAIRE:
 
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: