AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 A vântura mări şi ţări - Neculai Ţepeş (FINI)


Messages : 9
Points : 21
Date d'inscription : 08/05/2016
avatar
Neculai Ţepeş
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Mai - 3:51
link href='https://fonts.googleapis.com/css?family=Ubuntu+Condensed' rel='stylesheet' type='text/css'>
Neculai Ţepeş
nom : Ţepeş
prénom : Neculai
surnom :Nec'
genre : Homme
âge : 24 ans
activité/hobby : Artiste à ses heures.
métier : Travaille à temps partiel dans une boutique d'art.
groupe : Gaïa
orientation : Bisexuelle
statut civil : célibataire

me, myself & I
POUVOIR : La nuit, les yeux sont aveugles. Toutes ces choses que nous voyons durant le jour s'efface peu à peu à mesure que le soleil disparaît à l'horizon. La vue, un sens essentiel pour l'être humain afin de se diriger devient, à ce moment-là, superflue et tous sont alors livrés à eux-mêmes, seuls à tâtonner dans l'obscurité en quête d'une source de lumière. Tous, sauf Neculai. En effet, le jeune homme n'est nullement affecté par le manque de luminosité et arrive même à se déplacer aisément dans la noirceur la plus totale. Intrigués ? Je vous explique, notre compagnon ici présent n'a pas besoin de voir pour s'orienter, pour cela, il lui suffit de tendre l'oreille...

Son ouïe est particulièrement développée et là où, un homme normale peut entendre de 20 Hz à 20 Khz, Nec' lui peut en percevoir jusqu'à 90 Hz. Autrement dit, il a l'oreille très très fine. Quel est le lien avec ses déplacements ? Eh bien à la manière d'un aveugle il distingue et différencie des centaines de son et donc il s'oriente plus facilement dans l'obscurité que la moyenne des singes.

Aussi avec les années, il s'est découvert la capacité de pouvoir, manipuler et contrôler les ondes qu'il émet et reçoit à sa guise. Ainsi en se déplaçant dans le noir il peut limiter le son de ses pas afin de se concentrer uniquement sur les sons extérieur. Or, cette méthode lui demande énormément de concentration et d'effort et une seule petite distraction suffirait à briser l'ensemble. Aussi Neculai peut percevoir les infrasons et les ultrasons et possède la capacité d'en émettre.

D'un point de vue offensif, cela dit son pouvoir peut s'avérer  fort utile étant donné qu'il peut causer différents symptômes sur ses opposants. Dans un premier lieu, il peut momentanément rendre sourd en émettant un cri d'une très forte intensité. Ensuite, en manipulant les infrasons, il peut amener la personne à ressentir une très forte anxiété, des frissons, de la peur et où une impression énervante d'avoir un poids lui comprimant la poitrine et finalement des hallucinations fantômes.

CARACTÈRE :Ah... Neculai, Neculai c'est l'excentricité à son paroxysme. Que ce soit de la manière dont il s'habille ou encore la façon dont il s'exprime, il ne laisse personne indifférent. Il est vrai que les types qui se baladent vêtus de vêtements ressemblant étrangement à ceux d'un animateur de cirque (avec le petit chapeau pour décorer l'ensemble) vous n'en croiserez pas tous les jours. « C'est de l'art !» Vous répondra-t-il, avec un grand sourire si vous lui posez la question. À croire qu'entre l'art et le mauvais goût il n'y a qu'un pas.En gros, il se voit comme un marginal, un artiste, un peu bohème sur les bords qui ne vit que pour ses passions et ses intérêts (c'est-ce qu'il prétend). Si son mode de vie consistent à vivre dans un petit appartement miteux qu'il paye avec l'argent qu'il gagne en vendant ses toiles et en travaillant à temps partiel dans une boutique d'art et décorations possède un certain charme pittoresque à ses yeux cela est loin d'être le cas pour d'autres. Mais Neculai s'en fout, il n'est pas et ne sera jamais quelqu'un qui se conforme à l'opinion publique de ce qui est ''socialement acceptable ou pas''. Il vit en étant lui-même, sans craindre le jugement des autres, s'assumant pleinement comme il est.

Parfois, quand la nuit est belle et que le temps s'y prête, il va s'asseoir sur la petite terrasse de son appartement et s'amuse à imaginer un monde un peu moins violent et un peu plus charitable. Car oui, notre blondinet est un grand rêveur et de surcroît, un idéaliste invétéré. Sauf que l'ironie dans tout ça c'est qu'il ne vit même pas, selon ses propres valeurs. En effet, le jeune homme est loin d'être un saint. Enfin ce n'est pas comme s'il le faisait par choix, plus par obligation, mais tout de même. Neculai n'est pas confortables dans l'idée de se définir comme un criminel. Ses activités ne sont certes pas légales, mais, il préfère qualifier cela comme une solution ''temporaire''. Bien que cela soit loin d'être le cas. Voyez-vous celui-ci souffre d'une maladie appelée hémophilie qui serait généré à cause de la présence du gène Sparkle dans son ADN. Normalement, il aurait eu le droit à des soins, or, comme l'hémophilie est un défaut du gène, il est impossible de le soigner sans affecter son pouvoir. Et donc on lui a refusé les soins. Seulement, Nec' qui ne tenait pas particulièrement à subir les effets secondaires pour préserver son pouvoir dû s'abaisser à voler (il préfère qualifier ça comme un ''emprunt'') du sang à des passants imprudents. Il n'en est pas particulièrement fier, mais, c'est une nécessité. Par-contre, il est très prudent avec ses victimes et ne prend que le strict nécessaire sans jamais outrepasser la limite.

Comme mentionner plus haut Nec' est un amateur d'art s'il n'a pas un cahier à dessin ou un livre dans les mains, c'est probablement parce qu'il est en train de faire une connerie.  Étant donné qu'en plus d'être bizarre, il a un humour de merde. Et lui, il se trouve totalement hilarant ! C'est un farceur et un emmerdeur de première ligne si provoqué. Le gros lot quoi ! Neculai c'est aussi, un type un peu irresponsable toujours à la ramasse. Il est souvent perdu dans son propre univers et passe le plus clair de son temps la tête dans les nuages. Résultat ? Beaucoup de collisions et de petites maladresses.

Un peu réservé aux premiers abords voire même un brin arrogant, il met du temps à faire confiance aux autres. Par ailleurs, il possède une très haute opinion de lui-même et n'apprécie guère les critiques à son égard. Aussi, il n'aime pas particulièrement les conflits, mais, s'il est provoqué et que sa fierté est blessée, il n'hésitera pas à y plonger tête première. Oui parce qu'il est très fier notre jeune homme et il ne prend pas toujours le temps de réfléchir avant d'agir.

En conclusion, Nec' est quelqu'un d'original qui a su trouver ses propres couleurs. C'est un battant qui se bat sans arrêt contre la maladie et la société. Finalement, c'est aussi un philosophe un brin idéaliste qui rêve d'un monde différent et qui ignore, qu'avant de changer le monde ... Il faut commencer par se changer soi-même.
HISTOIRE


« I wish I knew a better way. I wish I knew the words to say.»

Au moment où j'écris ces lignes, je me trouve sur la terrasse de mon modeste appartement, vêtu simplement d'une chemise et d'un vieux pantalon usé. Une fine averse venait de s'abattre dans les environs et l'air aquilon de la nuit, je dois bien l'admettre fait trembler mes doigts ainsi que ma plume. Au loin, les reflets argentés de l'astre lunaire baignent ma peau et mon environnement d'une lumière pâle, presque sinistre. Tiens cela me rappelle une légende que j'ai lue dans un bouquin, c'était l'histoire d'un mystérieux comte qui habitait dans un immense château situé en plein cœur d'une montagne. Dans celle-ci, on le décrit comme un être au teint de cendre, ainsi qu'aux dents acérés qui lui sert à mordre le cou de ses victimes afin de se repaître de leur sang. Un vampire. À bien y penser, je trouve cela terriblement ironique. Après tout, j'aurais la tête de l'emploi avec mes canines anormalement longues et mon teint cireux. Au fond, peut-être, suis-je en quelques sortes un vampire des temps modernes ? Certes, je n'utilise pas mes dents pour prendre le sang de mes victimes et je n'irais jamais jusqu'à les tuer. Je ne prends que le strict nécessaire afin de survivre de plus je veille toujours à leur sécurité. Sauf que parfois, les choses ne sont pas aussi faciles que je désirerais...

                             
             
________________________________

« La nuit était brûlante un peu comme l'enfer. La chaleur était insupportable voire presque étouffante. Une piaule pourrie dans un quartier pourri, d'une ville pourrie. Je m'étais posté dans la pénombre d'une ruelle peu fréquentée à l'abri des regards indiscrets. Patiemment, j'attendais la prochaine personne qui passait par là pour me mettre en action. Je savais qu'un tas de personnes préférait prendre des raccourcis pour se rendre à leurs logements et donc j'étais optimiste sur le résultat final. Or, j'y étais depuis au moins 30 minutes et pas l'ombre d'une seule personne en vue et alors que je commençais à perdre espoir... Je l'aperçus enfin.

Elle était jeune, la pauvre ne devait pas avoir plus de vingt-ans et elle semblait hésiter à pénétrer dans la noirceur. Son regard inquiet scrutait les environs ses yeux aveugles devant les ténèbres cherchant en vain un quelconque signe de danger. Elle tremblait un peu et ses mains étaient crispées sur son petit sac à main rose bonbon comme si elle pouvait se protéger d'un éventuel danger avec celui-ci. Elle jeta un coup d'œil vers la rue principale comme si elle réévaluait ses options et voyant qu'elle n'avait aucun autre choix, elle s'engagea timidement dans l'allée sombre. Quand elle arriva enfin à ma hauteur, je la saisis par-derrière lui tenant fermement la taille tandis que mon autre main était occupée à tenir un tissu imbibé de chloroforme devant sa bouche avant qu'elle ne puisse crier. Tout se serait bien passé si elle avait cessé de se débattre. Mais, non, elle a préféré s'agiter ce qui se résuma avec la perte de mon emprise sur sa taille. Elle se serait probablement écrasée sur le sol si, je ne l'avais pas rattrapé au dernier moment.

Évidemment, le ciel n'était pas avec moi à ce moment-là, puisque mon capuchon était tombé dans mon empressement pour la rattraper et même si j'avais pris la peine de dissimuler le bas de mon visage, mes yeux et mes cheveux étaient eux encore bien visible. Si bien que la dernière chose que cette jeune femme vit avant de perdre conscience fût une paire de yeux carmin illuminés par la pâle lueur de la lune. Pas le genre de regard qu'on oublie facilement. J'espérais que celle-ci ai la mémoire courte sans quoi j'étais dans de beaux draps.

Doucement, je déposais la jeune fille inconsciente contre le mur. Je lui pris délicatement le bras et lui fis rapidement un garrot, chaque seconde comptait d'autant plus qu'elle avait aperçue le haut de mon visage. J'insérai une aiguille que j'avais au préalable reliée à un tube en polymère qui était lui-même connecter à une poche destinée à recueillir le sang. Une fois la quantité nécessaire recueillie, je plaçais la poche dans mon sac et désinfectai la blessure avant de placer un pansement à l'endroit où l'incision avait été faite. Une fois sûr et certain que tout était en ordre, je jetais un dernier coup d'œil à la jeune femme. ''Elle devrait se réveiller d'ici environ 15 à 30 minutes, elle aura un peu mal au bras et sera un peu sonnée, mais somme toute, elle devrait s'en sortir'' avais-je alors, pensé presser de déguerpir. »..
               
________________________________

 J'ai dû m'arrêter d'écrire un moment, afin d'écraser ma cigarette dans un cendrier prévu à cet effet. C'est une mauvaise vieille habitude que j'ai développée au fil des années. En temps normal, j'évite de fumer, car l'hémophilie ne fait pas bon ménage avec le tabac. Toutefois, lors d'évènement comme ceux de ce soir, j'aime me réfugier auprès de la sensation familière et rassurante de la nicotine (la seule qui peut vraiment m'apaiser). Si mon apparence et le fait que je dérobe le sang de pauvre innocents s'apparente au seigneur des vampires les ressemblances s'arrête-là, car je puis vous assurer que je n'en retire aucun plaisir. J'aurais tant souhaité avoir une autre option. Un autre moyen. Tout ça, toute cette violence, c'est si loin de ma personne. De ce que je suis. Or, il semblerait que l'état ne soit pas du même avis et avec un cas d'hémophilie aussi sévère que le mien, j'arriverais à peine à survivre sans sang.

Alors, comment en suis-je arrivé là ? Je ne suis pas celui qui a proposé cette idée. Non, celle-ci venait d'un vieil ami de ma mère. La première fois que qu'il y fit allusion, c'était lors d'une visite à son cabinet ; le Dr Botezariu . À l'époque, j'étais trop jeune pour comprendre et les affiches illustrant différentes parties de l'anatomie humaine me semblaient bien plus attrayantes que la conversation qu'entretenaient ma mère et ce drôle de petit monsieur aux mains moites et à l'odeur corporelle ma foi, répugnante...      
                             
             
 ________________________________

-« Cesse de bouger Neculai ! Ne rends pas les choses plus compliquées qu'elles ne le sont déjà.» Soupirais le Dr Botezariu essuyant avec une serviette la sueur qui avait perlé sur son front.

Assis sur un comptoir servant aux diagnostics je balançais mes pieds dans le vide, je ne comprenais pas vraiment la raison de ma présence en ce lieu. Chose normale pour un gamin de cinq ans à peine. Après mon adoption, ma mère adoptive avait tenu à me faire examiner par son vieil ami. On m'avait déjà diagnostiqué une hémophilie sévère et après des examens approfondis les scientifiques ont décrété que tout traitements étaient impossibles et interdit dans mon cas comme la maladie était l'effet secondaire direct de la présence du gène Sparkle dans mon ADN. Me condamnant injustement à vivre en danger perpétuel et à la merci de ma maladie pour préserver mon pouvoir. Or, ce n'était pas l'avis de ma mère adoptive ; Cosmina Ţepeş qui depuis qu'elle m'avait arraché de l'orphelinat ne cessait de multiplier les efforts pour trouver un traitement quelconque. Assise dans une chaise adossée au mur, elle fixait le médecin des cernes violets entourant son regard épuisé et inquiet :

-« Je vous en prie Daru ... Dites-moi qu'il y a un moyen ?»


Celui-ci soupira de nouveau et regarda ma mère d'un air peiné. Ils se connaissaient depuis longtemps et le médecin n'aimait pas la voir dans cet état. Elle lui rappelait feu sa fille.

-« Îmi pare rău (je suis désolé), ma douce Cosmina j'ai bien peur de ne rien pouvoir faire ... D'autant plus que si l'état l'interdit ...»

Complètement mortifiée, elle enfouit son visage dans le creux ses mains devant le pauvre homme désemparé. Ses longs cheveux bruns habituellement si impeccablement bien coiffés étaient en batailles et ternes. Le stress des deux dernières semaines avait été difficile pour elle, mon adoption, les critiques constantes de son époux, la visite de multiples cliniques et tout ça... Pour ne finalement rien obtenir en retour ? C'était tout simplement désolant. Le docteur s'approcha d'elle doucement comme on approche un animal blessé et caressa gentiment les cheveux de ma mère dans un geste rempli de maladresse, mais qui se voulait rassurant.

-« Allons mon petit reprenez-vous... J'ai bien une solution, mais je doute fortement qu'elle ne vous plaise.»

À ces mots, elle releva tant bien que mal la tête à bout de forces :

-« Dites toujours...»


Le vieillard se retourna et attira le regard de ma mère sur moi :

-« Votre garçon a de la chance en soi, il est de groupe AB+, il peut donc recevoir du sang de n'importe quel groupe sanguin. Autrefois avant que la médecine soit aussi développée qu'elle ne l'est aujourd'hui, on transfusait du sang de donneurs aux hémophiles afin de les soigner. Toutefois, pour que cette solution marche, il nous faut du sang et comme nous ne sommes pas autorisés à utiliser la banque de sang de l'hôpital, il nous faut trouver du sang ailleurs. Et c'est bien là ma chère que j'ai peur que cela ne vous déplaise, car il n'y a pas vraiment d'autre moyen légal de se procurer du sang.»


L'homme pris un instant pour reprendre son souffle et s'appuya contre la chaise pour ne pas perdre l'équilibre avant de poursuivre:

-« Par ailleurs, la situation n'est pas complètement perdue. Vous savez avec un peu de chloroforme, un tube en polymère, un garrot et une aiguille, on peut aller loin...»

Choquée, ma mère s'offusqua :

-« Avez-vous seulement conscience de ce que vous êtes en train de me dire ! ? Jamais je n- »

Avant même qu'elle ne put finir sa phrase, le médecin leva sa main pour l'interrompre :

-« Arrêtez-vous là ma chère, je ne vous oblige à rien.»

Il marqua un temps d'arrêt pour permettre à ma mère de se calmer puis il continua :

-« Vous m'avez demandé de vous trouver une solution et en voilà une. Bien que cela soit discutable au niveau éthique et moral cela permettrait à votre garçon d'avoir une vie un tant soit peu normale. Vous imaginez ? D'autant plus qu'il ne lui faudrait que 1.5 L de sang pour tenir une semaine complète ! Réfléchissez-y bien ! Cela garantirait à votre fils une vie en dehors des quatre murs dans lequel il est enfermé depuis sa naissance ! »


             
________________________________


La suite n'est pas difficile à imaginer, ma mère à bien évidemment céder. Mais je ne peux pas lui en vouloir. Sans son intervention, je n'aurais pas donné cher de ma peau. D'autant plus qu'elle m'a toujours traitée et élevée comme un fils, drôle de contraste avec mon père qui apparemment ignorait ce qu'était l'amour. Elle avait la patience d'une sainte et le sourire d'un ange, elle m'enseignait à être une personne normale tandis que la nuit tombée, elle me confiait à des instructeurs aux hobbies louches. Lentement, mais sûrement, on m'apprenait à devenir le loup dans la bergerie. Un prédateur. Un voleur. On avait fait des ténèbres ma cape et du soir mon alibi.

On m'avait enseigné l'art du combat et de l'auto-défense et je passais des heures à m'entraîner afin d'utiliser correctement mon pouvoir. Jusque-là, je ne m'étais jamais réellement interrogé sur la nature de ces séances. Mais ce n'est qu'une fois l'âge que j'atteins l'adolescence que je pris vraiment conscience de la vraie nature de ces enseignements et je ressentis un profond dégoût. Nom seulement à cause des actes que l'on m'avait formés à commettre, mais aussi, par une société qui laissait les enfants devenir des criminels et qui ne parlait qu'en terme de profit. Mon père adoptif était ce genre de personne et il espérait me voir devenir comme lui un jour.

C'était un homme grand et élégant, il émanait de sa personne une aura d'autorité et quiconque s'opposait à lui en payait chèrement les conséquences (j'ai encore les brûlures des cigares qu'il écrasait sur mes avant-bras). Il vivait uniquement pour et simplement du regard des autres. Son apparence était toujours soignée au millimètre près comme si celle-ci le protégeait lui et sa fortune du monde extérieur. À vrai dire, plus j'y réfléchis plus je me dis que c'était fort possible que pour lui, c'était une manière de tenir bon, d'avoir l'air encore sain d'esprit. Le stress routinier du monde des affaires se resserrai lentement autour de lui un peu à la façon d'un étau. Il était frigide et me prenait souvent de haut, il vivait dans un univers complètement opposé du mien, un monde où les valeurs n'avaient plus d'importance.

Quelques années filèrent et emportèrent avec elles toute chance de trêve. À l'époque, j'étais et je le suis toujours un artiste, un marginal, un créateur bref, je m'exprimais et m'épanouissais par l'art. Nous vivions mon frère et moi dans une maison digne d'un conte de fées, nous avions accès à la meilleure des éducations et le moindre de nos besoins étaient comblés. Beaucoup s'entretueraient pour avoir accès à cette vie, sans savoir qu'il s'agit-là d'un cadeau empoisonné. Vivre dans un univers matériel vous fait oublier ce qui est vraiment important. C'est choisir de vivre une vie de faciliter et fuir les épreuves et les tracas qui vous font remettre en question et vous permets d'avancer. Du moins était-ce ma vision des choses, je ne voulais pas de grandes études, je ne voulais pas être riche et par-dessus tout, je ne voulais pas faire semblant d'être quelqu'un d'autre. Les costumes à cravate qui grattent, les faux sourires et les coups de poignard dans le dos très peu pour moi. Mon père n'avait jamais fait d'effort pour me connaître et se fichait bien de mes envies et de mes opinions. Notre relation se limitait à des conversations courtes et qui souvent se résultaient en d'énormes conflits. Or, si nous n'étions pas particulièrement proches, je me souviens encore des rares beaux moments que nous avions partagés ensembles. Je souris un peu en y repensant, c'était lui qui m'avait montré comment me raser et parfois quand j'en avais envie, j'allais l'écouter jouer du violon dans sa salle de musique.

J'ai déposé ma plume un moment, pour repenser à tout ce temps que j'ai vécu au sein de ma famille. J'ignore ce qu'ils sont devenus aujourd'hui. Alarich mon demi-frère avait probablement hérité de l'entreprise de mon père, tandis que celui-ci écoulait paisiblement ses jours dans un hôtel de luxe quelconque. Pompeux, hautain et snob Al' avait toujours été le favori, le prodige celui que mon père appréciait le plus et à qui il me comparaît sans cesse. À la manière du soleil et de la lune, il brillait pendant que moi, je palissais devant sa présence. Oh et croyez-moi quand je vous dis que ce fils de pute était loin de l'ignorer et qu'il adorait me narguer. Je n'étais rien. Une épine dans le pied. Un boulet. À ses yeux, cela avait été une brillante idée que de me donner le nom de ma mère. Étant donné que j'aurais probablement souillé le nom de SON père avec mon existence insignifiante.

Je ne l'ai pas toujours détesté, vous savez. Il fut un temps, où je le considérais vraiment comme mon propre frère. Jusqu'à ce que je fisse la connaissance d'Erzsébet. Juste d'y repenser mon cœur se serre. Elle était arrivée dans ma vie comme un boulet de canon me prenant totalement au dépourvu. Je devais avoir quatorze ou quinze ans à l'époque. C'était un jour de pluie et dehors un terrible orage se préparait, mais j'étais quand même là en train d'observer celle-ci tomber bien à l'abri en dessous de mon parapluie sans me préoccuper du temps. Au contraire, j'adorais la pluie et comment les lumières des environs se reflétaient dans les flaques qu'elle créait. Et alors que j'observais tranquillement le phénomène, quelque chose ou plutôt quelqu'un entra en collision avec moi. Je perdis momentanément l'équilibre et donc j'agrippais la première chose à ma portée afin de ne pas perdre pied . Malheureusement pour moi cela s'adonnait être la poitrine de la chose en question. Une bonne baffe et quelques dents en moins plus tard, nous étions devenues amis. C'était le début d'un nouveau chapitre pour moi.

En effet, j'en vins à éprouver plus que de l'amitié pour la belle brunette qui avec sa taille fine et ses prunelles émeraude pouvaient faire tomber sous son charme n'importe quel homme qui soit. Et je n'étais pas le seul à être ensorcelé par sa beauté puisque Alarich passait son temps à la dévorer des yeux.

Dire que j'étais amoureux est un bien faible mot pour décrire ce que je ressentais à son égard. J'étais littéralement à ses pieds voire même obsédé. Je la voyais partout : dans les toiles que je créais, dans mes croquis, dans mes rêves. Je n'avais jamais autant aimé que je l'aimais-elle. Et ce genre de sentiments m'effrayait presque autant qu'ils me fascinaient. Or, la belle ne ressentait clairement pas la même chose pour moi puisqu'elle n'accordait d'attention qu'à mon frère. C'est ainsi que tel un mauvais roman à l'eau de rose un triste matin de mars, je reçus une invitation me conviant aux épousailles de mon frère et de l'élu de mon cœur. Oui, je sais le genre de cliché nunuche qui vous donne envie de vomir. Je n'étais pas du genre à apprécier les feuilletons savon et j'avais encore moins l'envie d'y être un acteur. Sachant qu'à la fin, ce n'était pas moi qui serais le prince charmant.

       J'ai donc décidé de plier bagage. Je pensais que fuir, m'apporterait la paix. Que si je les fuyais l'image d'Al' et d'Erzy' s'embrassant devant les sourires forcés et hypocrites de tous les partenaires d'affaires de mon père cesserait de me hanter. Dieu sait que j'avais tort.  
                             
 ♥
             
  ________________________________

 « Personne n'était au courant et si tout se déroulait comme prévu personne ne serait en mesure de me retrouver. Je n'étais plus un enfant et j'étais parfaitement capable de me débrouiller seul. Plus rien ne me rattachais à cette vie. C'était là pour moi une occasion en or de tout recommencer à zéro.

Cela avait été une journée longue et pénible et j'attendais avec appréhension que le soir. Tout, mes cahiers, mes toiles, mon matériel de peinture se trouvaient dans un sac près de l'entrée de ma chambre, mes vêtements avaient été enfournés à la va-vite dans une petite valise et le reste de mes affaires était déjà à l'appartement. Le plus triste dans tout ça s'était que malgré le fait que j'avais commencé à déménager bien des semaines auparavant personne n'avait rien remarqué.

C'était la veille du jour de la cérémonie et Al' et Erzy' était parti fêté, ma mère était chez une de ses copines et mon père était enfermé dans son bureau. En d'autres termes, tout le monde se fichait éperdument de savoir où j'étais et ça m'arrangeait bien comme ça. Stefan un type que j'avais rencontré, dans une exposition de tableaux avait sous ma demande jouée parmi ses contacts afin de me trouver un logement au prix modeste qui s'accorderait avec le style de vie que je voulais vivre. Je plaçais discrètement une note sur le bureau de ma mère sachant qu'elle ne la découvrirait pas avant la fin de la cérémonie, celle-ci avait pour but de l'informer de mon départ. Suite à quoi j'empoignais mes affaires et suis sorti à l'extérieur où Stefan m'attendait avec son bolide. Je ne savais pas trop ce qui m'attendait et je dois vous avouer que ce soir-là mes mains tremblaient à la fois de peur et d'excitation face à cette nouvelle vie qui s'offrait à moi...»

               
 ________________________________

Je souris un peu plus, à chaque fois que j'y pense j'ai cet arrière-goût de mélancolie dans le fond de la gorge. Tant de naïveté, j'étais loin d'imaginer toutes les responsabilités qu'impliquait l'indépendance et je dû apprendre seul un tas de choses. Si les premiers mois ne furent pas de tout repos, je prenais toutefois un grand plaisir à goûter à toutes ses nouvelles expériences. Toute ma vie on m'avait enfermer dans une cage dorée et maintenant que j'avais droit à un peu de liberté je ne voulais plus la lâcher.

Avec un plan du quartier et quelques potes, j'avais réussi à établir un itinéraire précis parcourant les nombreuses ruelles et recoins de la ville. Mon but ? Trouver du sang en choisissant des lieux spécifiques et par-dessus diversifiés où frapper afin d'empêcher les autorités de me retracer.

Formulé de cette façon, j'ai l'air d'être un type impitoyable, alors qu'en vérité, je suis quelqu'un de complètement passif. Aujourd'hui, j'ai 24 ans et suis toujours dans la nature. Un jour, quelqu'un a dit ''Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots'' selon moi, c'est vrai. Je ne peux pas enjoliver mes actions, car elles restent abjectes peu importent sous quel angle on les regarde, or, des mots comme ''emprunt'' au lieu de vol ou encore comme ''nécessité'' à la place de crime, m'aident à me sentir moins coupable moins lâche.

Quand je regarde le ciel et que je vois ces milliers de petites lanternes dans toutes leurs splendeurs éclairées les cieux de leurs douces lumières, je me demande comment le monde peut-être aussi tordu ? Comment peut-il être aussi beau et à la fois aussi dur ? D'un autre côté peut-être que j'ai tendance à trop penser. Il est inutile de se morfondre sur mon sort, car en plus d'être une perte de temps cela ne me ressemble pas. Si la vie que je mène n'est pas une épiphanie, elle possède aussi de bons côtés.

J'aime la vie, j'aime vivre et aussi égoïste que cela peut paraître, j'aimerais la garder jusqu'à ce que cette petite étincelle, ce petit rayon d'espoir auquel je m'accroche, s'éteigne complètement m'emportant avec elle. Seul dans ce constant combat que je mène contre ma maladie, contre la société et finalement... Contre le temps. Temps qui passe parfois bien trop vite à mon goût étant donné qu'au fur et à mesure que les journées s'allongent, j'ai l'impression que les miennes rétrécissent.

Heureusement, si jamais je venais à tomber et que l'on me faisait payer  mes crimes, alors j'aurais au moins laissé ces quelques pages derrière moi comme témoin légitime de mon passage ici-bas.

Sincèrement,

Neculai Ţepeş.



surnom : Encrier/Sandrine
âge : 16 ans
une anecdote sur toi ? : Sin City + Dracula + des séries policières + moi = Neculai x')
règlement : pizzavalidé
avatar : Roumanie- Hetalia axis power
commentaire : Johnny English is my waifu <3


Messages : 64
Points : 92
Date d'inscription : 10/04/2016
avatar
Taylor Danvers
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Mai - 21:58
Bienvenue !
Bon courage pour ta fiche !


Messages : 26
Points : 37
Date d'inscription : 22/04/2016
avatar
Eléonore Frey
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Mai - 21:59
Bienvenue ! Joli avatar *o*

Bon courage pour ta fichounette



Dis moi ... Que deviens la neige une fois fondue ? Moi je pense qu'elle devient le printemps.

Spoiler:
 
Messages : 165
Points : 111
Date d'inscription : 04/04/2016
avatar
P. Isaac Adams
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 20 Mai - 0:15
Bonjour & bienvenue,
Ton délai se terminant aujourd'hui, aurais-tu besoin d'un délai supplémentaire pour mettre fin à ta fiche ?
Bisous, Isaac. ♥

Edit: délai accordé !



je ne m'en remettrais jamais.
lololol:
 

Messages : 9
Points : 21
Date d'inscription : 08/05/2016
avatar
Neculai Ţepeş
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 20 Mai - 20:20
Coucou ! Oui s'il-vous-plaît ! ^^ J'ai presque terminé mais il me faudrait un peu plus de temps pour la correction si ce n'est pas un problème (par-contre je suis absente à partir de dimanche à Mardi alors si mon nouveau délai pourrait être en dehors de ces dates ça serait bien ) Merci ! <3
Messages : 97
Points : 104
Date d'inscription : 17/04/2016
avatar
Svenhild V. Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 23 Mai - 4:50
HESH LE ROUMAIN.
Dépêche toi de faire ton histoire encore inexistante. #meurt


Messages : 165
Points : 111
Date d'inscription : 04/04/2016
avatar
P. Isaac Adams
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 23 Mai - 14:24
Pas de soucis !
Tu as jusqu'au 2 juin pour finir ta fiche ♥ (une semaine à partir de mardi, donc)



je ne m'en remettrais jamais.
lololol:
 

Messages : 30
Points : 36
Date d'inscription : 03/04/2016
avatar
Ekaterina L. Dragomirov
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 27 Mai - 22:55
déjà de l'amour parce que voilà ♥️♥️
ensuite
roumain/tepes, un fan du grand monsieur blanc ? (non par les infirmiers.)
Sinon j'aime déjà ton personnage, c'est un artiste (donc il est cool ) et IL EST TROP CHOU BORDEL TON PRÉNOM EN PLUS ♥️♥️♥️
Voilà mon opinion. Bon courage pour la suite. On t'aime. Bisous.



Messages : 54
Points : 90
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Erwin Sørensen
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 28 Mai - 4:48
Salut il est a combien le cuivre au kilo?

Plus sérieusement WELCOME NECU


DÉFI A FAIRE:
 
Messages : 9
Points : 21
Date d'inscription : 08/05/2016
avatar
Neculai Ţepeş
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 28 Mai - 5:25
Isaac- Merci ! Je pense avoir bientôt terminé quelques petites modifications et c'est bon !

Sven - Yo vilain petit canard malodorant et je ne te dis pas merci   ♥ <3

Erwin - Ils sont à 50% de rabais exclusivement ce printemps /PAN/ MERCI WIN !

Ekaterina - Owi de l'amour !   ♥ Merci pour les encouragements je suis contente que tu aimes bien Nec' parce qu'au début je me demandais vraiment comment il allait virer et puis finalement j'aime le résultat !  What a Face Et sinon je suis contente qu'on ait saisi les références !
Messages : 165
Points : 111
Date d'inscription : 04/04/2016
avatar
P. Isaac Adams
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 31 Mai - 21:13
Coucou Neculai ♥️
je m'excuse du temps que j'ai mis avant de passer et de la courte longueur de ce paragraphe. Malgré tout, je le dis : j'aime beaucoup ton personnage ! Et reserve-moi un lien. Ton style d'écriture est agréable, et tu pars sur des très bonnes bases ! J'ai hâte de voir son évolution sur le forum.
J'ai l'habitude de m'étaler sur la compréhension du personnage, d'exprimer mon ressenti face à lui et tout.
Du coup, je ne parlerais que des points à corriger, je m'en excuse. ,_,

Je vais commencer par le pouvoir. Il en représente deux, et ça pose problème? L'echolocalisation et le contrôle des ondes. Il faudrait que tu choisisses entre les deux ! Sinon, ça fait beaucoup trop.
Certes, les deux se rejoignent, mais le contrôle des ondes ne signifie pas l'exacte localisation de celle-ci.

Le second soucis vient de l'histoire. Je chipote assez mais tous les combien de temps doit-il récupérer du sang ?
C'est tout ce qu'il y aura à expliquer / modifier pour que je puisse te valider.

Bon courage pour les modifications ! ♥️



je ne m'en remettrais jamais.
lololol:
 

Messages : 9
Points : 21
Date d'inscription : 08/05/2016
avatar
Neculai Ţepeş
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 1 Juin - 3:15
Merci et pas de soucis pour le temps on a tous une vie ! <3 Ne t'inquiète pas pour ça de toute manière il n'y aurais pas grand chose à dire sur lui x') Je trouve que mes fiches sont jamais vraiment terribles. Cela dit pour le lien ça serait avec plaisir *w* J'ai bien hâte de voir comment il va s'intégrer mais je suis optimiste pour la suite. What a Face

J'ai apporté les modifications nécessaires s'il y a quoi que ce soit d'autres fais-le moi savoir ! ♥
Messages : 165
Points : 111
Date d'inscription : 04/04/2016
avatar
P. Isaac Adams
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 1 Juin - 23:43
NECULAI ŢEPEŞ

Je te fais confiance pour ne pas rendre ton pouvoir trop cheat. Tout le reste me va, bienvenue sur el forum ! J'espère que tu vas t'éclater avec ton personnage.


lovelove. ♥️



après validation, tu dois

●● recenser ton avatar
●● demander un logement
●● compléter la partie « I'm sparkling » dans ton profil ET les champs que tu n'as pas remplis à ton inscription
facultatif

●● poster ta fiche de relation
●● jeter un coup d’œil à l'organisation de ton groupe





bienvenue
sur SPARKLE !





je ne m'en remettrais jamais.
lololol:
 

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: