AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 but stars burns out, my dear, and everything golden dies ✩ claudette // PREZ PARFAITE


Messages : 33
Points : 34
Date d'inscription : 01/05/2016
avatar
Claudette R. Caelliel
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 1 Mai - 14:42


CLAUDETTE R. CAELLIEL
nom : caelliel.
prénom : claudette regina.
surnom : claude, cloclo.
genre : féminin.
âge : 23 ans.
activité/hobby : fouiner un peu partout, démonter des tympans (les siens ou ceux des autres), se promener.
métier : elle tente de se faire un nom dans le domaine de la musique, mais étant donné que cela ne marche pas trop pour le moment, elle est actuellement livreuse de pizza.
groupe : phobos.
orientation : pansexuelle, probablement. elle ne s'en préoccupe pas vraiment, en fait. il faut dire qu'elle n'a jamais été intéressée, et ça ne sera probablement pas tout de suite. peut-être jamais.
statut civil : célibataire.

me, myself & I
POUVOIR :
Perturbation des sens.

C'est étrange, quand le mur que vous touchez depuis cinq bonnes minutes vous brûle soudainement la peau, sans laisser aucune trace sur votre épiderme.
C'est étrange, quand vous, qui n'avez jamais eu d'acouphènes, avez brusquement une sonnerie suraiguë sonnant à votre oreille, une que personne d'autre n'entend.
C'est étrange, quand une odeur de sang vous prend au nez si fort que ça vous donnerait la nausée, alors que vous êtes seul.e, dans votre chambre.
C'est étrange, quand un goût de terre inonde votre bouche alors que vous mangez un de ces gâteaux à la crème que vous adorez.
C'est étrange, quand des ombres menaçantes envahissent votre vision, si imposantes que vous oubliez à quoi ressemble la rue.

C'est encore plus étrange de voir les réactions des gens lorsqu'ils subissent ça, selon Claudette. Ceux qui font des crises d'angoisses ou de panique, ceux qui ne montrent rien, ceux qui sont amusés, ceux qui n'en ont rien à foutre, ceux qui attendent que ça passe, légèrement tendus - autant de réactions que de personnes. Parfois, elle souhaiterait pouvoir perturber les cinq sens en même temps, mais elle n'a pas vraiment envie de se vider de son sang pour ça. Déjà lorsqu'elle en a avait perturbé quatre, elle avait dû être hospitalisée et transfusée, et le souvenir la fait encore frémir - elle ne supporte pas les hôpitaux, les lumières troubles, les salles impersonnelles et l'odeur aseptisée. Elle se contente donc d'en perturber un à trois, trois étant pour les cas exceptionnels. Claude n'aime pas l'anémie qui suit dans ces cas-là, la fatigue qui la clouerait presque au lit, et qui la fait sommeiller toute la journée durant. Non, deux sens c'était très bien, une légère fatigue et quelques pansements parfois. Et un seul sens, ah, c'est encore mieux : juste du sang qui coule du nez pendant quelques minutes, sans effets secondaires - si ce n'est que l'odeur du sang lui colle parfois à la peau, mais ce n'est plus vraiment dérangeant pour elle.

CARACTÈRE :
C'est fantomatique, une flamme étrange qui guide ses pas, silencieusement ; dans le secret. Une flamme qu'elle seule peut voir, une flamme qu'elle seule connaît.
La curiosité.
Elle veut tout connaître ; même l'interdit. Elle veut expérimenter et fouiller, apprendre et déduire, déceler et comprendre. À la lueur de cette flamme que les autres regardent d'un mauvais œil, car après tout, c'est un bien vilain défaut. C'est comme un poison, lent et addictif, on ne sait jamais quand les conséquences vont frapper.  Car qui sait si les connaissances actuellement poursuivies peuvent mener à un pistolet pointé sur sa tempe ? Pas elle. Pas encore. Parce que si ça devait l'arrêter, cela ferait bien longtemps qu'elle ferait l'aveugle, la sourde, l'infirme qui ignore tout, sage comme une image.
Peut-être que ça serait plus simple, mais non. Ce n'est pas ça qui est intéressant, ce n'est pas ça qui fait briller ses yeux ou étirer ses lèvres. Il n'y a que la découverte qui compte, peu importe ce qu'elle doit sacrifier pour ça. Peu importe si elle doit être cette fille qui a un intérêt démesuré pour la musique, cette fille intrépide et irréfléchie, cette fille dynamique et joyeuse, à l'humour douteux, au physique rock et coloré, ainsi qu'aux réactions extravagantes. Oui, ça lui va très bien, c'est intéressant, puis c'est un peu ce qu'elle est aussi. Après tout, la musique, c'est pas trop mal, elle apprécie d'en jouer ; même si elle n'en est pas aussi fanatique que cette fille. Et l'humour un peu étrange, qui mêle jeux de mots et sous-entendus tendancieux, ou glauques, ou les deux, ça a toujours été le sien aussi. Et elle a toujours apprécié ceux qui avaient un style différent, qu'on repérait à trois kilomètres.
Juste que cette fille-là vit dans son petit monde éclatant, et que Claudette, le monde, elle veut l'éclater. Elle veut le saigner à blanc, lui faire une autopsie, pour comprendre le moindre de ses mécanismes, et même découvrir où il faudrait resserrer quelques vis. Surtout, elle veut que ça soit son petit secret, bien gardé, tandis qu'elle observe tout se dérouler. Parce qu'agir, ce n'est pas son truc. Résoudre des mystères, ça ne la dérange pas, mais si elle voulait prendre part à tout ça, alors il lui faudrait avoir des stratégies, et des stratégies parfaites ; il faudrait que les gens soient comme des pièces d'échecs. Mais les gens sont des mystères pour elle, qu'elle n'arrive pas à comprendre, alors elle ne peut rien faire. Et elle ne veut pas le dire, mais elle n'aime pas ça. Ça lui fait peur, ça la vexe, ça l'irrite : elle, ne pas pouvoir satisfaire sa curiosité, ne pas pouvoir comprendre quelque chose, quelle ironie !
Et elle ne voit pas son erreur, la pauvre femme, elle est perdue dans toutes ses connaissances qui ne peuvent l'aider, parce que tout ce qu'elle voit, c'est que l'humain est limité ; que sa vie l'abandonne et ses prédictions sont approximatives ; tout ce qu'elle voit, c'est la Fin de l'humanité. Elle ne voit pas le début, elle ne voit pas l'évolution, pas pour les émotions. Oh, elle connaît les cinq étapes du deuil, mais c'est juste une émotion après l'autre, hein ? « Rien ne se perd, tout se transforme. », ça ne vaut que pour la physique. Les humains, ça vit et ça meurt. Parfois, ça tue des parties de soi-même et d'autres naissent. Mais ça n'évolue pas ; ça a des stades, dont les passages sont brusques et cassants, comme s'ils tombaient d'une falaise. C'est tout.


HISTOIRE
C'était l'entrée d'une maison, un long couloir bordé de portes et diverses ouvertures. Des murs pastels, des peintures et des miroirs, des bibelots. Ça puait l'opulence, et la fillette de quatre ans était un peu perturbée par cet endroit qu'elle ne connaissait, qui guidait à un tout autre univers que celui dans lequel elle avait vécu jusqu'alors. Ses souvenirs d'auparavant sont plus que troubles, mais sa vie était peuplée de hurlements et de querelles incessantes, c'est une certitude. Mais ce jour-là, c'était le changement.
Un couple la regardait, expressions chaleureuses, heureux d'avoir enfin l'enfant qu'ils désiraient tant. Ils l'avait remarquée, apparemment - elle ne comprenait pas trop pourquoi, ni comment. Un jour, peut-être elle le saurait. Un jour. L'homme prit la parole :

« Claudette, je suis Norbert Caelliel. Elsaria est ma femme, et à partir d'aujourd'hui, nous seront tes parents. C'est nouveau pour nous, alors nous ferons probablement quelques erreurs, mais nous apprendrons ensemble, d'accord ? » 

La fillette fronça légèrement les sourcils mais se contenta d'hocher la tête. C'était étrange. Un peu trop beau, sûrement.
Elle ne comprenait pas trop pourquoi elle avait été choisie. Surtout par eux. C'était des scientifiques, après tout.

_____________________________________________________________________________

Son institutrice la fixait avec une fierté non dissimulée, heureuse d'avoir une telle enfant dans sa classe. Cette gamine sauterait probablement quelques classes, elle en était persuadée. Sa curiosité était si grande qu'elle en ingérait les informations à une vitesse ahurissante, et elle n'avait aucune difficultés à comprendre. C'était presque un cadeau, tant c'était agréable de lui enseigner. Oh, bien sûr, elle avait un comportement un peu étrange et ne s'entendait pas bien avec ses camarades, mais ce n'était pas rare avec des élèves... différents, après tout. Et il n'y avait aucune agressivité, rien d'alarmant. Juste une enfant très intelligente, peut-être un peu trop. Sa vie n'allait pas être facilitée, mais elle s'en sortirait.

_____________________________________________________________________________

La jeune fille était frustrée. Elle avait gagné deux ans, sauté deux classes, mais les cours la désintéressait. Les informations étaient tronquées, ne représentaient pas la réalité, ou n'étaient que de simple généralités qui donnait un compte-rendu manichéen d'une situation bien plus complexe. Quel dommage. Voilà que l'éducation qu'on lui offrait n'était pas celle qu'elle désirait. Eh bien. Si cela ne convenait pas, elle chercherait ces informations qu'elle chérissait par elle-même.
De toute façon, elle aurait dû avoir à le faire à un moment ou à un autre. Elle avait déjà réalisé qu'il lui fallait de plus en plus de choses pour se remplir l'esprit, qu'elle avait besoin de plus d'occupations. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle s'était mise à la musique.

_____________________________________________________________________________

Au fil du temps, la jeune fille avait développé un caractère que ses parents n'arrivaient pas à gérer.
Durant les fêtes de famille, elle avait un don pour commenter sur des choses gênantes, pour balancer la vérité à ceux qui ne voulaient pas l'entendre. Et si, au début, c'était hasardeux et inconscient, bien vite cela devint volontaire. Car c'était ennuyant, de se retrouver autour d'une table pour discuter de sujets creux pendant des heures. Et, si elle en disait assez, ils partaient plus vite.
Pour finir, ses parents avaient arrêté de l'amener, et c'était avec une étrange précaution que ses oncles, tantes et grands-parents demandaient, de temps à autre, des nouvelles. Ses cousins ? Ils ne s'étaient jamais parlés autrement que pour se saluer.
Mais, lorsque Norbert réalisa que sa fille commençait à fouiller dans leurs affaires, notamment leurs dossiers, il commença à réellement s'inquiéter. Le fait qu'elle était différente, lui et sa femme s'en doutait depuis le début, c'était même ça qui les avait intéressés. Mais là, cette histoire commençait à aller un peu trop loin pour une fille qui entrait tout juste dans la puberté.
Alors, d'un commun accord avec sa femme, ils commencèrent à verrouiller les portes et à surveiller plus étroitement leur enfant. Ils étaient presque constamment sur son dos, à vérifier si elle travaillait, car à partir du moment où l'école avait perdu de son intérêt, ses notes avaient commencé à baisser. Lentement, mais il valait mieux ne pas laisser cette habitude s'installer.
Ils voulaient une fille particulière, mais ils voulaient qu'elle soit studieuse, et à l'écoute, et qu'elle n'en fasse pas qu'à sa tête, qu'elle soit responsable et joyeuse.
Ils voulaient qu'elle convienne parfaitement à leur modèle de l'enfant idéal qu'ils s'étaient créés au cours de leurs nombreuses discussions. Mais ce n'était pas le cas.
Alors ils feraient en sorte qu'elle le devienne.
Mais elle ne le deviendrait pas, ça aurait été trop facile. Par contre, elle décida de faire semblant d'atteindre ce modèle. Après tout, jouer le rôle de l'enfant qui ne réalisait pas que ce qu'elle disait était blessant s'était avéré drôle. Peut-être que ça le serait aussi.

____________________________________________________________________________

Au final, ce n'était pas vraiment drôle. Mais c'était utile, une fois les erreurs du début passées. Ce qui était amusant, par contre, c'était le rôle qu'elle jouait à l'extérieur. Pas celui de l'adolescente sérieuse et responsable, celui de l'intrépide, celui de celle qui déblatère tout ce qui lui passe par la tête, qui fait des comparaisons loufoques, qui est étrange mais d'une bonne manière; l'adolescente qu'on remarque et qui amuse la galerie, qu'on commence à apprécier sans s'en rendre compte, même si elle est un peu gauche et stupide sur les bords. L'adolescente à qui on demande souvent de chanter, qu'on continue d'inviter aux soirées même si elle ne peut jamais venir, par espoir et parce que ses excuses sont farfelues et complexes, à l'opposé de tout ce qui est « normal ».
Car c'était bien ça, le truc, Claudette n'aimait pas la norme, n'aimait pas le comportement qu'on voulait lui imposer, et c'est pourquoi elle appréciait tant ce rôle excentrique - outre le fait qu'elle avait, de temps à autres, besoin de compagnie, et que rares étaient ceux qui refusaient de traîner un peu avec elle.
Et les années passèrent, rapidement, car sa vie était plus que bien remplie. Tous ces efforts étaient drainants, mais cela en valait largement la peine. Après tout, maintenant, elle arrivait à lire les dossiers que ses parents laissaient à la maison.
C'était en de rares occasions, car ils tenaient vraiment à ce que ce qui était caché reste secret, mais elle savait prendre son mal en patience, même si elle trépignait d'excitation à l'idée d'en découvrir plus, d'en connaître plus. Enfin.

____________________________________________________________________________

Un accident de voiture, deux vies disparues. C'était tout ce qu'il avait fallu. Et elle était seule, dans une maison gigantesque; seule, un de ses plus importants repères perdus; seule, à faire ce qu'elle voulait; seule, à découvrir les derniers tiroirs; seule face à ses pensées; seule, face à ces papiers.
Ils le savaient, qu'elle avait continué à chercher dans les dossiers, un peu partout; ils le savaient et ils comptaient la laisser. La mettre à la porte. Ils avaient poussé le vice jusqu'à n'en parler que par écrit, et les glisser là où elle ne regardait jamais, pour qu'elle l'ignore.
Ils l'avait eue à son propre jeu.
Et ça la frustrait, ça la vexait, ça la blessait. Parce qu'elle ne comprenait pas pourquoi. Ils auraient dû la punir, encore, lui faire des sermons et remontrances à outrance, peut-être tenter quelques gifles pour tenter de lui remettre les idées à la place, mais pas ça. Pourquoi avaient-ils réagi ainsi ? Ce n'était pas comme ça que ça devait se passer, ce n'était pas normal.

Et là, tout se stoppa, sa vision se troubla, tandis qu'elle comprit que si. Si, c'était normal. Et c'était pour ça qu'elle ne comprenait pas, qu'elle ne comprenait rien; parce qu'elle n'arrivait pas à saisir les normes, parce qu'elle ne savait ce que c'était que de penser normalement, d'agir normalement; parce que même l'imiter était trop compliqué, et c'était pour ça qu'elle détestait autant tout ce qui était 'normal'.
Parce que ça lui échappait, toujours, c'était du sable lui glissant entre les doigts, parce qu'elle était trop, trop curieuse, trop réfléchie, trop obstinée, trop tout. Elle était toujours dans l'excès, jamais dans la mesure.

____________________________________________________________________________

Peu de temps après, elle se débrouilla pour arrêter définitivement les cours, et elle devint cobaye, car elle espérait obtenir l'accès au laboratoire de cette manière. Elle a raconté, et raconte encore, à qui veut l'entendre que si elle est devenue cobaye, c'est parce qu'elle a entendu une rumeur concernant de nouveaux instruments de musiques étant créés au laboratoire, et que, voulant s'informer, elle s'est retrouvée sans trop savoir pourquoi à être cobaye, et qu'elle a décidé de continuer. Heureusement que la personnalité qu'elle joue est suffisamment excentrique pour que ça paraisse crédible à ceux qui la connaissent un peu.
Pendant plusieurs années, elle enchaîna les petits boulots en parallèle, tout en tentant de se faire un nom en tant que musicienne, chantant parfois dans la rue ou dans des bars.
Elle finit par se trouver à son aise dans un poste de livreuse de pizza, et continua sa petite vie plus ou moins tranquille. Surtout moins, en fait.

surnom : claude françois.
âge : cette année, je ne serais plus ciblée par des ours douteux.
une anecdote sur toi ? : un jour, j'ai recraché du coca par le nez. je ne le conseille pas.
règlement : code geass
avatar : mioda ibuki ; super dangan ronpa 2.
commentaire :bleh.


Messages : 165
Points : 111
Date d'inscription : 04/04/2016
avatar
P. Isaac Adams
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 1 Mai - 17:05
le métier
le prénom
l'avatar
j'approuve tout
Bienvenue !



je ne m'en remettrais jamais.
lololol:
 

avatarInvité

Dim 1 Mai - 18:01
VIVE LES VIEILLES

Welcome sweetie.
Messages : 64
Points : 92
Date d'inscription : 10/04/2016
avatar
Taylor Danvers
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 3 Mai - 22:34
Trop cool ton vava ** J'adore ce perso o/
Bon courage pour la suite !


Messages : 30
Points : 36
Date d'inscription : 03/04/2016
avatar
Ekaterina L. Dragomirov
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 5 Mai - 0:57
Je veux pas dire mais y a que des filles et elles sont -bonnes- grave cool.
Bienvenue à toi aussi, l'aventurière bon choix d'avatar et tout le reste ! J'aime ce que tu écris alors t'as intérêt à continuer ou je te casse la gueule ♥️
Allez, bienvenue ici ! Et amuses tou bien, c'est le principal. La bise.



Messages : 25
Points : 40
Date d'inscription : 23/04/2016
avatar
Kurose Shironuma
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 5 Mai - 2:06
Bienvenue! Ton personnage a l'air trop cool, je pense que le mien va beaucoup l'aimer

-prévois déjà de se faire livrer une pizza, on fouinera ensemble-



Défis:
 
Messages : 33
Points : 34
Date d'inscription : 01/05/2016
avatar
Claudette R. Caelliel
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 6 Mai - 16:11
Merci à vous ! \o\
isaac » owi, j'aime être approuvée.
giselle » les vieilles c'est les BEST. si tu les fais chier elles te démontent à coup de canne étout.
taylor » merci \o
ekaterina » les filles c'est les meilleures. & t'inquiètes, t'auras pas à me casser la gueule ♥️
kurose » ooh, je prends note. c:

Sinon, sauf si j'ai fait une erreur, j'ai fini ma fiche. \o


NOT AS BLIND AS YOU THINK
©️ okinnel (bazzart)
Messages : 136
Points : 113
Date d'inscription : 03/04/2016
avatar
Riley K. Sellars
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 6 Mai - 17:35
claudette r. caelliel

Comme je disais, ta présentation est parfaite ! Je n'ai rien à redire, le pouvoir est assez puissant mais aussi bien équilibré, et puis le reste du personnage est super bien construit et il n'y a pas de fautes ! Ou alors je les ai loupées. Ce qui serait étonnant.

N'oublie pas de remplir ta fiche de personnage, et passe voir l'organisation chez les Phobos, on a commencé à débattre là dessus un peu ! ♥️



après validation, tu dois

●● recenser ton avatar
●● demander un logement
●● compléter la partie « I'm sparkling » dans ton profil ET les champs que tu n'as pas remplis à ton inscription
facultatif

●● poster ta fiche de relation
●● jeter un coup d’œil à l'organisation de ton groupe





bienvenue
sur SPARKLE !




Life.
It's way more boring now that I'm not smoking pot anymore.


90210


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: