AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 ❝ danse avec les morts ft. {e i n a r i}



Dim 1 Mai - 5:47




chap 1 ; les morts nous espionnent

feat Ekate et Einari


 Le vrombissement du véhicule bipède raissonna au fin fond des montagnes abandonnées. La lamentation des arbres calcinés associés aux rires perdus des âmes d'anciens combattant aurait pu donner la chair de poule à Lexa, mais rien de tout cela ne l'effrayait. Au contraire, ces endroits l'attirait plus qu'autre chose. Parce qu'en plus de trouver des trésors elle sentait la tension entre les deux camps et cela l'excitait particulièrement. Être proche du but, pouvoir le saisir entre ses mains, lui planter ses crocs dans sa gorge ; quelle meilleure adrénaline que celle du danger ?

Un coup de frein presque silencieux et ladite moto s'arrêta. La machine se mit en pause et toucha enfin le sol. La flic fît de même, posant pieds à terre. Un sol fissurés, des décombres hurlantes ; un champs de bataille fraîchement saignée. Une odeur putride de corps brûlés empestait l'atmosphère, et la brise l'emportait au loin, mais c'était une piste plus qu'inévitable. La brune, armée jusqu'au dents, avança prudemment jusqu'aux décombres. Les corps déchiquetés étaient éparpillés sur un périmètre assez grand, un soupire lui échappant. Cela allait se montrer plus ardue que prévu.

Couverte d'ébène, de sa tenue habituelle lors des sorties pacifistes, Kate s'enfonçait dans le champs de mine, insouciante. Les rongeurs et autres nettoyeurs s'en donnaient à coeur joie, la jeune dame les piétinants sans leur donner d'attention. Elle fit un tic de désapprobation en voyant le nombre de morts, sachant qu'elle devait en démasquer deux parmis les cents.

Une mission donnée par la police ne s'aurait pas déroulée ainsi, mais à ce jour, Ekaterina s'était levée en temps que force spéciale, l'espion du futur ; et à ce stade n'était qu'une débutante envagée. Agacée, elle fît pause sur le mur pour réfléchir quelques secondes. Sa montre fit un scan des lieux, affichant des coordonnées exactes. Ainsi elle la lança à la recherche des corps, patientent que la technologie execute la sale besogne.
Mais manque de chance pour la demoiselle, la synchronisation se stoppa, manque de données sûrement. Ou simplement les peau brûlés qui faussaient les résultats.

''Fait chier.'' remarque désapprobante, elle se relevait du muret émietté pour reprendre les fouilles. Son après-midi voire sa soirée serait bloquées ici. Pourtant elle s'en fichait, rien ni personne ne l'attendait chez elle. Prendre du bon temps lui serait même envisagée. Lexa eu même un croissant s'afficher sur son visage, elle était jeune et libre ici. Son nouveau métier se transformait en une véritable passion. Un plaisir encore incertain.

Alors qu'elle levait la main pour déplacer un morceau de ferraille important, sa montre bippa et d'une voix robotique elle fût avertie : "danger détecté, intrus non identifié à caractère pacifiste en approche ''. Instantanément, Lexa chercha du regard la faille du système, les yeux rivés vers l'horizon. Son expression se modifiait, devenant peu à peu celui d'une bête en quête de proie, affamée, intriguée. Mais en aucun cas elle accueillait chaleureusement, c'était plutôt froid avec une certaine animosité. Pourtant croiser un congère  devrait être rassurant, surtout dans un accoutrement pareil. Quelque chose de sécurisant ; mais dans le feu de l'action elle devait identifier ce partenaire, après tout elle est en camps presque ennemi. Une question subsiste : venait-il d'arriver ou était-il déjà ?






Lun 2 Mai - 3:09

Have you ever danced with the devil in the pale moon light
ft. Ekaterina

Une ville ou plutôt ce qu'il en restait, décombres n'étant que simple vision qui s'offrait toi, échappatoire à un certain quotidien entre lacération et dépravation, entre manipulation et destruction. Tu vagabondais en ces terres sans réelle but, singulière qu'était celle de se changer l'esprit même si ces lugubres pensées innées à ta personne te torturaient, même si tu te contentais encore et toujours de torturer la misérable âme d'autres semblables. Tu n'en restais pas moins comme tout humain, envie d'une pause, errance qui est censé durer juste un temps en un territoire tout sauf amical peut être pour toujours un minimum stimuler ton adrénaline quoi que même ton don avait fini par annihiler en ces situations l'appréhension et la peur qu'était celle de traîner en ces terres. Tu enchaînais cigarette sur cigarette, bouteille t'ayant pu paraître sans fond en ton autre main si l'alcool aurait su un jour te faire un effet. Actes qui auraient dû détruire la santé de tout autre depuis si longtemps, humanité qui était parti sur tous les points alors que ton esprit n'en était que fantasmé par ce no man's land. Monde à la fois dénué de tes jouets favoris, de ces mortels même s'il ne représentait que ce que tu souhaitais accomplir mettre à genoux cette société la voir se détruire en t'offrant ce que tu désires.

Carrure escaladant gravas, pierres chutant pour certaines en un défilé de poussière alors que tu tentais en ta démarche de garder intact le précieux récipient de ce liquide ambré ravageur de gorge et autre palet gustatif. Ascension se poursuivant malgré une sonorité lointaine que tu avais pu ouïr de par tes sens s'étant anormalement décuplés sans doute de par l'absence de vie en ces lieux, toi même ne comprenant des fois les choses que considéraient nécessaire ton don pour survivre. Tu pouvais les voir d'où tu étais ces cadavres, sublime légion de morts, nombreux tel le nombre de personnes que tu avais dépravé, souillé, ravagé en cette ville au cours de ta décadence. Tu aurais pu considérer ceci comme inutile, simple vision tout sauf intéressante même si sublimement morbide mais il y avait une exception. Il y a toujours des exceptions pour souvent te divertir, pour souvent te plaire et t'offrir un peu d'amusement en cette vie oscillant entre morosité et malsaine joie. Tu tétais là, la décrivant en un total, opacité choyant son enveloppe charnelle, chevelure d'ébène, curiosité piquée de par la simple vision d'un congénère en cette désolation sachant que contrairement à toi, être inachevé il y avait une raison pour elle, sûrement.

Jambe ballante face aux vide en contre, la dominant sur cet amas de débris alors qu'elle paressait scruter l'horizon, bien loin d'où tu te tenais. Tu t'étais contenté de déclarer ces mots, curieux malgré tout.

« - Derrière en hauteur ca sera mieux. »

Penchant la tête entre deux gorgées du breuvage alcoolisé et une inspiration de la nocive fumée d'une nouvelle clope, tu attendais qu'elle finisse par te trouver de son regard, secondes s'écoulant puis sa personne finissant par enfin te remarquer, léger sourire d'amusement étirant les traits de ton faciès dès lors.

« - Généralement personne ne s'aventure ici alors en plus si c'est pour des cadavres, tu sais y a une morgue à Yllia. »

Sourire moqueur prenant dès lors possession de tes lèvres, peu être indirectement trop moqueur en ces simples mots. Tu t'étais contenté de rajouter ceci afin de ne pas partir totalement sur une mauvaise note.

« - À moins que certains de ces cadavres t'intéressent pour une autre chose. »

Mauvaise note ? Tu t'en fichais quelque peu enfaîte.



Jeu 5 Mai - 19:27




chap 2 ; ni amis ni ennemis

feat Ekate et Einari


Entourée par une folie humaine nocive, il n'y avait pas beaucoup d'écart entre ce qu'elle dégageait et la place des cadavres sur ce décor de carte postale. Faite de noir et de blanc rien de permettait de la distinguer d'un mort, de plus sa peau blanchâtre. C'était plus une charogne d'un charognard ; mais aussi dangereuse que les deux. Lexa n'était pas la femme qui inspirait confiance au premier abord, pas une femme charmante à qui on donne son âme pour qu'elle joue avec ; mais plutôt une créature sauvage mais salement enchaînée, qu'on approche que sur la pointes des pieds de risque d'être tué. Les gens d'en haut, les fous, les méprisés. Ceux qui s'amuse avec leur vie sur un fil rouge, qui ne compte plus le temps qu'il reste, car ''c'est comme ça et qu'il faut faire avec''. Vous adorez les détester.

Au milieu de se fragment du passé, Lex évoluait lentement, avec sûreté, ne négligeant pas les détails, même passagers. Elle strutait les moindres détails, toujours une main sur le pistolet. Ce n'était pas une arme faite de balles mais qui paralysait sa cible pendant un lapse de temps. Bien sûr, elle possédait aussi les outils pour tuer s'il fallait en arriver là. Mais rien de tout cela ne l'intéressait, puisqu'elle ne voulait pas faire des morts mais les trouver.

Et alors qu'enfermée entre quatre murs d'une maison en ruine, c'est une odeur désagréable de tabac et d'alcool qui l'interrompu. Cherchant l'origine de cette interruption une voix la guida vers son interlocuteur, ce qui la surpris sans surprise. Il n'était pas étonnant de croiser des chercheurs de trésors ou de bonne aventure. Elle plaça sa main devant son visage, éblouie par le soleil à son paroxysme, qui prônait derrière les nuages cotonneux et bien trop nombreux, à en rendre l'air asphyxiant. Que voulait-il à rire des morts présents ? Malgré son air de guerrier, le brun n'était pas très hostile, du moins envers elle. Il savait ce qu'elle était pour ne pas l'attaquer de front et vice versa.

''Si tu es venu ici pour dépouiller ces morts, va-y mais ne m'importune pas, einari. Je n'ai pas besoin de me rabaisser à tes activités pour vivre, jeune homme.''

Tout aussi moqueuse que lui, elle affichait un faciès semblant au sien, les lippes marquées en un semblant de croissant qui trahissant tout de même un mépris incertain. Pourtant la dégaine de l'homme lui crispait l'estomac, ce genre d'homme la dégoûtait, déjà que. À trainer en vain dans les rues de la ville, ne pouvant se render qu'inutile. Au moins, il était du bon côté se rassura-t'elle.

''Pour avoir cité Yllia tu dois connaître la ville, mais sais-tu que cet endroit n'est pas très fréquentable, ou alors tu chercherais à trahir la patrie, petit citoyen,  ou devrait-je dire cobaye ?'' s'exclama-t'elle, le menton levé.

S'il connaissait ses ruelles de no man's land il pourrait se montrer utile, sinon elle continuerait sans lui. Il y avait encore des kilomètres sur le chemin de la vérité. Pourtant, à deux le temps pouvait paraître moins long, peut-être même distrayant.






Dim 8 Mai - 1:31

Have you ever danced with the devil in the pale moon light
ft. Ekaterina

Dépouiller des cadavres, ayant de ton côté une conception très particulaire de la mort, un être sans vie n'ayant plus son mot à dire tu n'en étais pourtant point arrivé à ce stade. Il fallait dire que tes autres activités rapportaient beaucoup, bien trop même pour les tâches auxquels tu étais assigné. Simplement subir les pittoresques envies et fantasmes de quelques scientifiques, c'était facile avec le temps quand on avait fini par comprendre qu'avec le temps ca ne pouvait qu'être pire, que ces individus en blouse blanche ne pouvaient que rivaliser d'ingéniosité en leurs projets plus morbides les un que les autres. Tu bossais en quelque sorte pour tes créateurs même s'il t'arrivait quelques rares fois de recourir à des activités autrement plus dégradantes pour vivre, un chantage, ca se révélait parfois très efficace, il suffisait simplement de trouver le ou la bonne proie et d'adapter sa traque, son jeu pour par la suite obtenir tout ce que l'on veut. Parfois il t'était même arrivé de t'en sortir avec une nuit relativement plaisante et une basique compensation financières. Infâmes, perfides, ta principale source de revenues était quand même légale contrairement à ce qu'elle semblait croire même si tu t'en fichais en réalité.

Tu finis dès lors par sourire malgré tout lorsqu'elle évoqua une éventuelle trahison, il est vrai que tel que tu étais, travailler pour le plus offrant étant tentant. Mais dans tous les cas être du côté des autorités était bien plus facile et rentable pour l'instant, si jamais ce régime allait être renversé, tu savais d'ores et déjà vers qui te tourner. Il n'y a pas différents camps, juste des échappatoires certaines plus avantageuses que d'autres et Cronos était plus avantageux actuellement. Cela te faisait doucement rire de la voir ainsi, se considérant supérieure ou toute chose semblable de par son rang.

« - Alors en un premier temps je ne suis pas venu ici pour dépouiller des cadavres, être cobaye ca paye bien plus que ce que tu le penses. Ne confondant pas nos activités, c'est toi la plus amenée à côtoyer des cadavres ou à les chercher. »

T'étirant doucement sur ces mots alors que tu finis par sauter du point où tu te tenais, tes pas te portant doucement mais sûrement vers elle en cette démarche nonchalante, comme ennuyé non pas par elle mais quasiment par tout sauf peut être elle, éventuellement unique divertissement en cette morbide journée.

Tu finis par rajouter ceci par la suite, chassant un éventuel doute de sa part vis à vis de ta présence ici. Il était vrai qu'il était difficile de dire que tu te trouvais en ces terres par simple désintérêt, curiosité ou quelconque moyen de passer un peu de temps.

« - Cet endroit n'est pas fréquentable car des personnes comme toi l'ont décidé. C'est juste un amas de ruines entre deux factions qui ne peuvent se blairer et entre nous c'est toi qui ne devrait te trouver ici, vu les éventuels dangers en ces terres je pense être le plus propice à y survivre contrairement à toi. »

Portant tantôt ta bouteille, son goulot à tes lèvres, ingurgitant l'alcool ambré, tu laissas tes pupilles balayer le verre puis la personne de ton interlocutrice en concluant sur ceci.

« - Bon je suppose qu'il est inutile de te proposer une gorgée, tu ne bois pas durant le service non ? Bon sinon on fait quoi on va pas prendre racines ici. T'as d'autres trucs à voir ? »

Oui tu venais de t'imposer à elle, nécessaire à sa journée, à son périple, sale parasite.


Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: